Accident vasculaire cérébral

L’accident vasculaire cérébral (AVC) est une maladie grave entrainant un déficit neurologique lié à des lésions cérébrales d’origine vasculaires. Les AVC peuvent être ischémique ou hémorragique.

Mis à jour le 17 Juin 2019

Accident vasculaire cérébral : notre action

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) constituent une cause majeure de handicap moteur non traumatique et un facteur de risque important de dépendance. Dans ce contexte, Santé publique France a pour mission de surveiller et de prévenir les accidents vasculaires cérébraux.

La surveillance globale des accidents vasculaires cérébraux

Santé publique France a mis en place un programme de surveillance des AVC qui repose sur : 

  • Les bases de données médico-administratives regroupées au sein du Système National des Données de Santé (SNDS) et notamment les données d’hospitalisation du PMSI
  • Les causes médicales de décès du Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDc) de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm)
  • Les enquêtes « Handicap-Santé » dont les objectifs sont d’estimer la prévalence « déclarée » des AVC et de leurs séquelles dans la population adulte française et de décrire les restrictions d'activité et de participation sociale, ainsi que la qualité de vie des personnes atteintes.
  • Les 3 registres des AVC qui couvrent respectivement les populations de la commune de Dijon, de Lille et du Pays de Brest. Le registre de Dijon a été créé en 1985, alors que les deux autres ont été mis en place en 2008 dans le cadre  du plan d’actions national AVC 2010-2014 (action 15 "soutenir le développement coordonné de plusieurs registres populationnels des AVC"). Ils couvrent respectivement les populations de la commune de Dijon (150 000 habitants intra-muros), de Lille (227 533 habitants) et celles du Pays de Brest (352 319 habitants), soit moins de 1 % de la population métropolitaine. Ils recueillent de façon permanente les cas d’AVC constitués parmi les personnes âgées de 35 ans ou plus. Le type d’AVC est également renseigné : AVC ischémiques, hémorragies intracérébrales ainsi que les AVC indéterminés. Aussi, les données du registre des AVC du Pays de Brest vont être utilisées entre autres, afin de valider les algorithmes de détection des AVC dans le SNDS. Ce projet est piloté par Santé Publique France en partenariat avec le registre des AVC de Brest, la plateforme de pharmaco-épidémiologie de Rennes et la Caisse Nationale de l’Assurance Maladie (Cnam).  

Santé publique France surveille également les liens entre pollution atmosphérique et santé dont les AVC. 

Pour en savoir plus

Les autres ARS ont également chacune un dossier spécifique AVC et une infographie pour les signes d’alerte d’un AVC et l’appel du 15. 

Une action de prévention contre les accidents vasculaires cérébraux

Dans le cadre de sa mission de prévention, Santé publique France informe et recommande les actions de prévention adaptées pour diminuer le risque d’AVC et sa récidive ainsi que les signes d’alerte des AVC, afin d’agir vite en cas de suspicion.

Une Information dédiée au grand public sur les signes d’alerte d’AVC

Santé publique France réalise pour le grand public des documents d’information pour l’informer sur l’urgence que sont les AVC et la nécessité d’agir vite face aux trois signes d’alerte. Ces documents sont disponibles dans l’onglet OUTILS.

Une information dédiée aux professionnels de santé

En s’appuyant sur son programme de surveillance des AVC, Santé publique France a publié plusieurs articles rapportant les données épidémiologiques recueillies (prévalence déclarée de la maladie et de ses séquelles, patients hospitalisés, létalité, mortalité, disparités régionales associées dont celles de la mortalité prématurée et du désavantage sociale).

De plus, le site Internet https://www.accidentvasculairecerebral.fr/, réalisé par la société française de Neurovasculaire, présente des infographies et informations à destination des professionnels de santé spécifiquement pour l’AVC :