Transmission télématique de données épidémiologiques et surveillance de l'épidémie de chikungunya à la Réunion en 2006

Publié le 1 Avril 2008
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction > Dans le cadre de l'épidémie de chikungunya sur l'île de la Réunion en 2005 et 2006, un système de surveillance épidémiologique a été mis en place par la Cellule interrégionale d'épidémiologie de la Réunion et de Mayotte (Cire) dès l'apparition des premiers cas. Ce système s'est appuyé, selon les phases épidémiques, sur les équipes de lutte antivectorielle qui ont effectué une recherche active autour des cas signalés ainsi que sur un réseau de médecins sentinelles. Méthodes > Un dispositif innovant de suivi épidémiologique par transmission télématique de données a été développé en mars 2006 par les sociétés Séphira et Réunion-Télécom en partenariat avec la Cire. Ce dispositif a reposé sur la participation de médecins généralistes volontaires qui ont transmis de façon télématique des données épidémiologiques par le biais des terminaux autonomes utilisés pour l'acheminement des feuilles de soins électroniques vers les caisses de sécurité sociale. En utilisant la carte Vitale du patient, chaque médecin a renseigné des informations relatives aux consultations en lien avec le chikungunya. À chaque télécollecte ces informations ont été transmises, via le serveur Séphira en métropole, à la société Réunion-Télécom qui a réalisé un tri de ces données, les a agrégées et communiquées chaque semaine à la Cire. Résultats > Au total, 44 médecins ont participé à ce dispositif, soit un peu plus de 6 % des omnipraticiens libéraux installés sur l'île. Le dispositif a été mis en place à partir de la semaine 14 de 2006. Les données recueillies ont permis de représenter l'évolution de l'incidence de la maladie en calculant la part des actes liés au chikungunya parmi les actes effectués par les médecins télétransmetteurs. Pour les semaines 14 à 26 de 2006, alors que la transmission épidémique était généralisée sur l'ensemble du territoire, les données de Réunion-Télécom se sont avérées étroitement corrélées aux résultats issus du réseau de médecins sentinelles qui a servi au suivi des tendances épidémiques (coefficient de corrélation = 0,97). Conclusion > Le dispositif présente l'intérêt de permettre, moyennant des adaptations mineures du logiciel, un suivi de toute autre pathologie à potentiel épidémique (dengue, grippe, etc.) ouvrant ainsi de nouvelles perspectives en matière de surveillance des maladies infectieuses.

Auteur : Solet JL, Camugli JP, Laval M, Israel D, Balleydier E, Filleul L, Kermarec F, Renault P, Pierre V
La Presse médicale, 2008, vol. 37, n°. 4, p. 593-9