Rubéole
Rubéole

La rubéole est une infection virale souvent bénigne mais pouvant, lors de la grossesse, entrainer une mort fœtale ou une rubéole congénitale malformative. Pour éviter la contamination, un vaccin existe.

Mis à jour le 5 juillet 2019

La rubéole : notre action

Malgré l’aspect bénin de la rubéole, elle peut entrainer une mort fœtale ou une rubéole congénitale malformative lors de la grossesse. Il est donc important pour Santé publique France de surveiller l’évolution épidémiologique de la rubéole, de promouvoir sa vaccination et d’aider à l’élimination de celle-ci.

La surveillance épidémiologique de la rubéole

Suite au plan d’élimination de la rougeole et de la rubéole préconisé par le Comité régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Europe depuis 2010, la déclaration obligatoire (DO), mise en place fin 2018, pour surveiller la maladie en population générale, y compris les infections rubéoleuses materno-fœtales et congénitales, devrait permettre à Santé publique France de caractériser l’épidémiologie résiduelle de la maladie pour guider le processus d’élimination nationale.

Ainsi, suite au décret paru le 7 mai 2018, modifié par l’arrêté du 22 août 2018, la rubéole est intégrée dans la liste des maladies à déclaration obligatoire (DO), impliquant des modifications des modalités de surveillance à compter du dernier trimestre de 2018.
Jusqu’alors la surveillance concernait uniquement le recensement des cas d’infections rubéoleuses survenues chez les femmes enceintes et des cas de rubéole congénitale chez les nouveau-nés. Cette surveillance avait été mise en place en 1976 en France à travers le réseau Rénarub, réseau qui regroupe la quasi-totalité des laboratoires pratiquant le diagnostic sérologique de la rubéole. Ce système de surveillance Rénarub sera maintenu au moins au cours de la première année de mise en place de la DO.

La déclaration obligatoire

La déclaration obligatoire consiste à recueillir des informations aussi exhaustives que possible concernant tous les cas de certaines maladies dites "maladies à déclaration obligatoire" auprès des biologistes et médecins.

Les médecins et les biologistes qui suspectent ou diagnostiquent une des maladies à déclaration obligatoire doivent les signaler sans délai et par tout moyen approprié (téléphone, télécopie) au médecin de l’ARS de leur lieu d'exercice. Le signalement permet la mise en place précoce des mesures de suivi individuel et de prévention collective avec les recherches de contacts autour du cas et le traitement des éventuels cas identifiés.

La notification intervient après le signalement et le plus souvent après confirmation du diagnostic. Les médecins ou les biologistes déclarant notifient le cas au médecin de l'ARS du lieu d'exercice au moyen d'une fiche spécifique pour la rubéole. La notification permet d'analyser et de suivre l'évolution de ces maladies au sein de la population afin de mieux cibler les actions de prévention locales et nationales.

Critères de notification des cas

Toute personne (hormis les femmes enceintes) non vaccinée contre la rubéole ou de statut vaccinal inconnu, qui présente :

  • Une éruption maculo-papuleuse avec ou sans fièvre ET au moins l’un de ces symptômes: adénopathies cervicales, sous-occipitales ou rétro-auriculaires, ou arthralgies ou arthrite
  • ET une PCR ou un dosage d’IgM positifs dans la salive ou le sérumOU ayant été en contact avec un cas de rubéole confirmé dans les 12-23 jours avant l’éruption.

Toute femme enceinte ayant reçu moins de 2 doses de vaccin contre la rubéole, et qui présente :

  • une éruption maculo-papuleuse avec ou sans fièvre ET une recherche d’IgM positive sur des prélèvements sanguins
  • OU une séroconversion pour la rubéole, à confirmer par le Centre national de référence (CNR)

Syndrome de rubéole congénitale (SRC)

  • Nourrisson <1an : surdité neurosensorielle ET/OU anomalies oculaires ET/OU microcéphalie ET/OU anomalies cardiovasculaires
  • Nouveau-né ≤28J : mêmes manifestations ET/OU méningoencéphalite, pneumonie interstitielle, hépatite, hépatosplénomégalie, purpura, retard de croissance

ET détection du virus dans les urines, les sécrétions pharyngées, le liquide cérébrospinal (LCS) ou le cristallin OU présence d’IgM dans le sérum

PCR rubéole trouvée positive (même en absence de signes cliniques)

Il n’existe pas de recommandation d’éviction d’un cas de rubéole d’une collectivité, par contre une information doit être faite auprès du personnel et des personnes fréquentant cette collectivité (des parents en cas d’école ou de crèche) et toute femme enceinte ayant été en contact avec le cas doit être avisée de consulter son médecin. Il n’existe pas non plus de recommandation française de prophylaxie post-exposition (vaccin et/ou immunoglobulines), autour d’un cas, notamment chez une femme enceinte, ou en situation de cas groupés (pour mémoire, les immunoglobulines n’ont pas d’AMM dans cette indication). Par contre, la vérification du statut vaccinal de l’entourage du cas et sa mise à jour, selon le calendrier vaccinal en vigueur, sont des mesures utiles pour la protection ultérieure des personnes non contaminées au contact du premier cas, plus particulièrement les jeunes filles et femmes en âge de procréer, et notamment en collectivité (rappel : le vaccin est contre-indiqué chez les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées).

Pour déclarer la maladie

24/06/2019

Fiche de notification

24/06/2019

Information des personnes sur la notification des maladies à déclaration obligatoire

Un réseau de partenaires

Ce programme de surveillance s’appuie sur plusieurs partenaires :

  • Les Agences régionales de santé

Présentation générale et coordonnées des ARS : http://www.ars.sante.fr/Coordonnees-des-ARS.93676.0.html

  • Centre national de référence de la rougeole, de la rubéole et des oreillons

CHU DE CAEN
LABORATOIRE DE VIROLOGIE
AVENUE GEORGES CLEMENCEAU
14033 CAEN CEDEX 9
Nom du responsable : Pr Astrid VABRET
Tél. : 02 31 27 25 54 secrétariat - Fax : 02 31 27 25 57
Email : vabret-a@chu-caen.fr ; cnr-roug-para@chu-caen.fr
Site CNR Virus de la rougeole, de la rubéole et des oreillons : http://www.chu-caen.fr/service-129.html

CNR LABORATOIRE ASSOCIE AP-HP Paul Brousse
LABORATOIRE DE VIROLOGIE HOPITAL PAUL-BROUSSE
12, AVENUE PAUL VAILLANT-COUTURIER
94 804 VILLEJUIF
Nom du responsable : Dr Christelle Vauloup-Fellous
Tél. : 01 45 59 33 14 - Secrétariat : 01 45 59 37 21 - Fax : 01 45 59 37 24
Courriel : christelle.vauloup@aphp.fr

Une DO concernant une infection materno-fœtale ou congénitale fera l’objet d’une demande d’informations complémentaires auprès du clinicien traitant à l’aide d’un questionnaire spécifique, inspiré de celui utilisé par le réseau de surveillance Renarub.

  • Le réseau de surveillance : Renarub

Le réseau Renarub a été mis en place en 1976 par le Laboratoire national de la santé et est coordonné depuis 1993 par Santé publique France. Il sera maintenu au moins en 2019 et 2020, les deux premières années de mise œuvre de la DO rubéole.

L’objectif de la surveillance Renarub est de recenser au niveau national les infections rubéoleuses maternelles et les infections congénitales diagnostiquées pendant la grossesse, à la naissance ou lors de la 1ère année de vie.
Le réseau Renarub regroupe, sur la base du volontariat, les laboratoires d'analyses de biologie médicale privés et hospitaliers qui font le diagnostic sérologique de l’infection rubéoleuse (notamment la recherche des IgM antirubéoleuses) et/ou virologique (PCR)  en France.

Le CNR apporte une expertise auprès des laboratoires disposant des tests diagnostiques d’infection rubéoleuse sur le territoire national et un appui aux diagnostics en cas de besoin ainsi qu’une aide à la datation des primo-infections maternelles. Il contribue à la surveillance épidémiologique et virologique.

La liste des laboratoires partenaires du réseau est mise à jour chaque année (voir données épidémiologiques).

Recueil des données

Les biologistes sont sollicités chaque trimestre par le CNR pour communiquer les cas pour lesquels un prélèvement a été testé par eux qui présente des critères biologiques évocateurs d’infection maternelle ou d’infection congénitale chez des nouveau-nés ou des fœtus.

A la suite de l’expertise du CNR, les cas pouvant être considérés comme correspondant à une infection maternelle récente ou à une infection congénitale font l’objet d’une transmission à Santé publique France par l’intermédiaire de fiches individuelles. Préalablement à cette transmission, le CNR envoie un courrier au clinicien (médecin prescripteur de l’analyse) accompagné d’une lettre d’information à la patiente pour lui signaler la collecte de données la concernant et la transmission de ces données à Santé publique France sous réserve de son opposition auprès du CNR dans un délai de 1 mois (autorisation de la Cnil, délibération n°2013-343 du 7 novembre 2013).

Dans un second temps, les cliniciens (médecins traitants, gynécologues, obstétriciens et pédiatres) sont sollicités par Santé publique France et fournissent, sur un questionnaire, des informations démographiques, biologiques et cliniques sur la femme infectée et sur le nouveau-né ou le fœtus.

La participation des biologistes et des cliniciens repose sur le volontariat. Les informations recueillies concernent les périodes de la grossesse, de la naissance et des premiers mois de vie mais n’incluent pas de suivi des enfants nés de mères infectées.

Une action de prévention contre la rubéole

Santé publique France participe à la promotion de la vaccination à travers plusieurs outils (site internet, campagne de promotion, brochures…). Nous avons ainsi créé un site d’information sur les différentes vaccinations existantes en France, afin de répondre de façon fiable et scientifiquement validée aux questions que peuvent se poser la population et les professionnels de santé sur le sujet.
Une rubrique consacrée à la vaccination contre la rubéole est disponible dans deux espaces dédiés l’un en direction du grand public et l’autre en direction des professionnels, pour mieux les accompagner dans leur pratique.

Santé publique France réalise des outils et documents d’information à destination des professionnels de santé et du grand public pour répondre aux questions concernant la vaccination. Ces documents sont disponibles depuis l’onglet OUTILS