Syphilis
Syphilis

Due à la bactérie Treponema Pallidum, la syphilis se transmet par voie sexuelle. Cette pathologie peut affecter tous les organes et avoir de graves conséquences si elle n’est pas dépistée et traitée.

Mis à jour le 25 novembre 2019

Syphilis : la maladie

La syphilis

Infection due à la bactérie Treponema Pallidum, ou tréponème pâle, la syphilis est sexuellement transmissible.
Véritable enjeu sanitaire, la syphilis fait l’objet d’une surveillance de la part de Santé publique France et de dispositifs de prévention et de dépistage adaptés aux différents publics les plus à risque.

Chiffres-clés

  • 1 762 diagnostics de syphilis récente ont été déclarés via le réseau RésIST en 2018
  • 79% des personnes diagnostiquées pour une syphilis récente sont des HSH (réseau RésIST)
  • 30% des personnes diagnostiquées pour une syphilis récente dans RésIST sont co-infectées par le VIH  (réseau RésIST)

Une transmission par voie sexuelle

La syphilis se transmet lors des préliminaires et des rapports sexuels (pénétration vaginale ou anale, rapports bouche-sexe, bouche-anus, éventuellement bouche-bouche). La transmission de la bactérie responsable, le tréponème, a lieu uniquement en cas de contact direct car cet agent ne peut pas survivre à l’air libre.

Les stades évolutifs de la syphilis

Les symptômes de la syphilis apparaissent selon 3 phases successives :

  • La syphilis récente

La phase primaire caractérisée par une ulcération d’un diamètre de 5 à 15mm de la peau des muqueuses. Ce chancre apparaît environ 20 jours (10 à 100 jours) après le contact. Indolore, il passe souvent inaperçu.

La phase secondaire se manifeste par des éruptions cutanéo-muqueuses, les « floraisons » qui durent quelques jours à quelques semaines, souvent associées à des adénopathies. Cette période survient environ 6 à 16 semaines après la contamination et dure en moyenne 1 à 2 ans. D’autres signes cliniques de syphilis secondaire peuvent être également observés en cas d’atteintes d’autres organes (système nerveux, cœur, etc.).

La phase latente précoce caractérisée par un stade clinique silencieux (absence de signes ou de symptômes) de moins de 1 an.

  • La syphilis tardive (>1 an)

La phase tertiaire est devenue exceptionnelle. Elle survient vers la 3ème année (2 à plus de 10 ans). Troubles neurologiques, cardio-vasculaires et psychiatriques en sont les atteintes caractéristiques.

La phase latente tardive caractérisée par un stade clinique silencieux (absence de signes ou de symptômes) pour une syphilis évoluant depuis plus d’une année.

Le diagnostic de syphilis nécessite un examen médical et une confirmation par une prise de sang.

Des conséquences qui peuvent être lourdes

La syphilis peut provoquer des complications graves si elle n‘est pas traitée, comme une atteinte du cerveau, des nerfs, du cœur, des artères, des yeux et une atteinte du nouveau-né si la mère est infectée.

Un traitement antibiotique

Le traitement de la syphilis est basé sur l’injection d’un antibiotique (pénicilline).

Pour en savoir plus : https://www.cnr-ist.fr

Préservatif et dépistage pour lutter contre la syphilis

Dans le cadre du dépistage de la syphilis, un examen clinique est pratiqué à la recherche de signes cliniques par un médecin et le diagnostic de certitude repose sur une prise de sang et ou des prélèvements locaux.