Clostridium difficile 027 : caractéristiques microbiologiques et épidémiologiques

Publié le 1 Janvier 2006
Mis à jour le 5 juillet 2019

Résumé. Clostridium difficile est un bacille à Gram positif anaérobie sporulé responsable de 15 à 25 % des cas de diarrhées post-antibiotiques et de plus de 95 % des cas de colites pseudomembraneuses. C'est la première cause de diarrhée infectieuse nosocomiale chez l'adulte. Depuis 2003, l'incidence et la proportion de formes sévères d'infections à C. difficile ont augmenté de manière importante au Canada et aux États-Unis. Cette évolution serait liée à l'émergence et à la dissémination d'un clone particulier de C. difficile appelé 027 en référence à son profil par PCR-ribotypage ou " NAP1 " en référence à son profil en électrophorèse en champ pulsé. La plus grande virulence de ce clone serait due à l'hyperproduction des toxines A et B et/ou à la production d'une troisième toxine appelée toxine binaire. Ce clone est également caractérisé par sa résistance à l'érythromycine et aux nouvelles fluoroquinolones (moxifloxacine, lévofloxacine). D'abord détecté en Amérique du Nord, il a diffusé en Grande-Bretagne, en Belgique, aux Pays-Bas et plus récemment en France où il a été responsable de plusieurs épidémies dans le Nord de la France. Cette évolution préoccupante nécessite un renforcement de la vigilance dans les établissements de santé afin de contrôler précocement sa diffusion. Cette vigilance repose sur la recherche systématique de C. difficile chez tout patient présentant une diarrhée nosocomiale, sur le signalement à la DDASS et au CCLIN des cas groupés et des formes sévères d'infections et sur la caractérisation des souches par des laboratoires experts organisés autour du Centre national de référence des anaérobies.

Auteur : Barbut F, Coignard B, Bonne L, Burghoffer B, Petit JC
Hygiènes, 2006, vol. 14, n°. 6, p. 401-8