Surveillance des bactériémies nosocomiales en France. Réseau BN-Raisin, Résultats 2004

Publié le 1 Janvier 2008
Mis à jour le 10 septembre 2019

Depuis 2002, le Réseau d'alerte, d'investigation et de surveillance des infections nosocomiales (IN) permet aux cinq centres de coordination et de lutte contre les infections nosocomiales de réaliser la surveillance des bactériémies nosocomiales (BN) sur la base d'un protocole national standardisé. Référence pour l'incidence et l'écologie bactérienne des IN invasives graves, cette surveillance concerne l'ensemble des services et spécialités dans les établissements de santé (ES) volontaires. En 2004, les 286 ES participants regroupaient 117 630 lits (25 % des lits français). La densité d'incidence des BN acquises en hospitalisation complète dans l'ES était de 0,45/1 000 journées d'hospitalisation. Elle était la plus élevée dans les services de réanimation (3,85) et dans les centres de lutte contre le cancer (1,89). Les portes d'entrée cathéter et urinaire étaient les plus fréquentes (respectivement 20,9 et 20,8 %). Les principaux micro-organismes (MO) responsables de BN étaient E.coli (20,5 % des MO isolés, dont 2,8 % producteurs d'une bêta-lactamase à spectre étendu), S. aureus (18,1 %, dont 41,4 % résistants à la méticilline) et S. à coagulase négative (14,5 %). Un décès dans les sept jours, quelle qu'en soit la cause, était rapporté dans 11,9 % des BN. Il était plus fréquent lorsque P. aeruginosa était isolé (21,5 % des BN à ce germe).Ces résultats confirment ceux obtenus dans d'autres pays d'Europe. Les efforts doivent être ciblés en priorité sur la prévention des bactériémies liées aux cathéters. La relation entre BN et décès du patient devront être l'objet de travaux ultérieurs. (R.A.)

Auteur : Bussy Malgrange V, Jebali M, Thiolet JM, Réseau d'alerte d'investigation et de surveillance des infections nosocomiales (RAISIN)
Année de publication : 2008
Pages : 39 p.