Etude Entred 2001-2003

L’étude Entred 2001-2003 (Échantillon National Témoin Représentatif des personnes Diabétiques) a été réalisée en partenariat avec l’Association nationale de coordination des réseaux diabète, l’Assurance maladie et l’Institut de veille sanitaire, avec le soutien de l’Association française des diabétiques.

Mis à jour le 20 mai 2019

Cette étude avait deux objectifs complémentaires : 

  • décrire, évaluer et surveiller l’état de santé des personnes diabétiques traitées, ainsi que les modalités et les résultats de leur prise en charge ; 
  • apporter des données représentatives permettant aux réseaux diabète de s’évaluer par comparaison des patients suivis dans le cadre des réseaux à ceux suivis en pratique usuelle (dans Entred). 

L’échantillon de personnes diabétiques a été tiré au sort dans les bases de données de remboursements de médicaments de l’assurance maladie, permettant l’utilisation conjointe de données de remboursements et de questionnaires individuels. Cette originalité de l’étude Entred a ainsi permis une approche globale de la personne diabétique. 
Les personnes diabétiques et les médecins qui ont participé à Entred 2001-2003 sont chaleureusement remerciés pour leur contribution importante à l’étude, qui permet d’améliorer les connaissances sur le diabète en France et de guider les efforts vers une meilleure prise en charge du diabète. 

Objectifs de l’étude 2001-2003AfficherMasquer

La surveillance du diabète doit permettre d’aider à améliorer l’état de santé et la qualité de vie des personnes diabétiques en guidant les actions de santé publique en cours (programme d’actions de prise en charge et de prévention du diabète de type 2, 2002-2005). L’étude Entred 2001-2003 (Échantillon National Témoin Représentatif des personnes Diabétiques) a été réalisée en partenariat avec l’Association nationale de coordination des réseaux diabète, l’Assurance maladie et l’Institut de veille sanitaire, avec le soutien de l’Association française des diabétiques, et avait deux objectifs complémentaires : 

  • décrire, évaluer et surveiller l’état de santé des personnes diabétiques traitées, ainsi que les modalités et les résultats de leur prise en charge ; 
  • apporter des données représentatives qui permettront aux réseaux diabète de s’évaluer par comparaison des patients suivis dans le cadre des réseaux à ceux suivis en pratique usuelle (dans Entred). 

L’originalité d’Entred consistait en la réalisation d’un échantillonnage de personnes diabétiques tirées au sort à partir des fichiers de remboursements de médicaments de l’assurance maladie, ainsi qu’en l’utilisation conjointe des données de remboursements et de questionnaires individuels permettant une approche globale de la personne diabétique. 

Entred 2001- 2003 a permis de décrire les caractéristiques, l’état de santé et la prise en charge médicale des personnes diabétiques traitées, en France métropolitaine. Les résultats disponibles pour 2001-2003 montrent l’intérêt d’une surveillance épidémiologique par ce type de méthodologie afin de quantifier les efforts restants à faire, pour améliorer la santé et la qualité de vie des personnes diabétiques. En particulier, de nouveaux résultats permettraient de mesurer l’atteinte des objectifs de la Loi d’orientation de santé publique  : 

  • réduire la fréquence et la gravité des complications du diabète et notamment les complications cardio-vasculaires ; 
  • assurer une surveillance conforme aux recommandations de bonne pratique clinique émises par la SFD (ex-Alfédiam), l’Anses (ex-Afssaps) et l’HAS (ex-Anaes) pour 80 % des diabétiques en 2008. 

Promoteurs, financeurs, partenaires 

Le promoteur d’Entred 2001-2003 

Association nationale de coordination des réseaux diabète (Ancred) 
Association loi de 1901 qui a été créé le 14 mars 1999 et déclarée en Préfecture le 11 septembre 1999, regroupant des professionnels libéraux et hospitaliers. 
But : la promotion des projets de réseaux de soins aux diabétiques et l'aide au développement de ces réseaux. 
Ancred - 18, avenue de la Vénerie - 91230 Montgeron 

Les financeurs d’Entred 2001-2003

Fond d'aide à la qualité des soins en ville (FAQSV) 
FAQSV - CnamTS 
50, Avenue du Pr A. Lemierre - 75986 Paris cedex 20 

Institut de veille sanitaire (InVS) 
Département des maladies chroniques et traumatismes 
12, rue du Val d’Osne - 94415 Saint Maurice Cedex 

Le partenaire d’Entred 2001-2003

Association française des diabétiques (AFD)  
58, Rue Alexandre Dumas - 75544 Paris cedex 11 

Comité scientifique

Le bureau 

- Président : D. Simon, Inserm U 258, Ancred, Paris 
- Vice-présidente : M-H.Bernard, Présidente de la Fenarediam, Lyon 
- Vice-présidente : J. Chwalow, Inserm U 341, Paris 
- Vice-président : B. Detournay, Cemka, Paris 
- Secrétaire : V. Coliche, CHG de Boulogne-sur-Mer, Ancred 
- Trésorier : M. Varroud-Vial, Président de l'Ancred, Corbeil 
- Chef de Projet : A. Fagot-Campagna, InVS, Saint-Maurice 

Autres membres 

- N. Beltzer, ORS Ile-de-France, Paris 
- J. Bloch, InVS, Saint-Maurice 
- E. Eschwège, Inserm U258 
- S. Fosse, InVS, Saint-Maurice 
- A. Hochart, ORS Franche-Comté, Besançon 
- H. Isnard, InVS, Saint-Maurice 
- P. Lecomte, Ancred, Tours 
- M. Malinsky, Ancred, Thionville 
- E. Mollet, Ancred, Dole 
- F. Penfornis, Ancred, Besançon 
- C. Petit, Ancred, Montgeron 
- A.-L. Pham, AFD, Paris 
- P. Preiss, AFD, Paris 
- I. Romon, InVS, Saint-Maurice 
- S. Scaturro, Ancred, Montgeron 
- N. Vallier, CnamTS, Paris 
- A. Weill, CnamTS, Paris

 Ont participé au déroulement de l’étude : 

- D. Dartois, Ancred, Montgeron 
- R. Khelladi, Ancred, Montgeron

 Ainsi que :

- J. Dupin, stagiaire Master professionnel 2, InVS, Saint-Maurice 
- N. Jourdan-Da Silva, interne de santé publique, InVS, Saint-Maurice  
- C. Marant, stagiaire Master professionnel 2, InVS, Saint Maurice 
- S. Nevanen, InVS, Saint Maurice 
- F. Livinec, interne de santé publique, InVS, Saint-Maurice  
- J. Tambekou, stagiaire DEA, InVS, Saint-Maurice 
- P. Brindel, Interne en santé publique, InVS, Saint Maurice 
- K. Ihaddadene, stagiaire DESS, InVS, Saint-Maurice

Méthodologie d’Entred 2001-2003AfficherMasquer

Pour Entred 2001-2003, 10 000 personnes ont été tirées au sort parmi les bénéficiaires du régime général des travailleurs salariés remboursés d’un traitement par antidiabétiques oraux ou insuline au dernier trimestre 2001. Entred a comporté 5 sous-études :  

  1. Un suivi de données de remboursements des 10 000 personnes, de 2001 à 2003 ;  
  2. Un questionnaire adressé en 2002 à ces 10 000 personnes (taux de participation = 45 %) ; 
  3. Un questionnaire médical complémentaire adressé aux médecins des personnes diabétiques ayant répondu et communiqué les coordonnées de leur médecin (taux de participation = 38 %) ;  
  4. Une enquête réalisée auprès des hôpitaux pour connaître les caractéristiques et les causes des hospitalisations ; 
  5. Une étude de mortalité  

Rapport détaillé de la méthodologie d’Entred

Questionnaires

 Confidentialité et droits des participants 

Les réponses aux questionnaires faites par les personnes diabétiques et leurs médecins sont confidentielles et destinées à l’Ancred 

Ces réponses sont couvertes par le secret médical et statistique. 

Les exploitations des données sont anonymes : lors de l’étude, les noms, prénoms et adresses sont systématiquement supprimés du fichier de l’enquête et les données sont traitées en toute confidentialité. 

L’enquête Entred a reçu le label n° 901236 de la Commission nationale de l’informatique et des libertés.  

La loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, s’applique aux réponses faites à la présente enquête. 

Cette loi garantie aux personnes concernées un droit d’accès et de rectification pour les données les concernant. 

Ce droit peut être exercé directement en s'adressant au médecin chargé de l’enquête. 

Résultats épidémiologiques principauxAfficherMasquer

Principaux résultats 

La population diabétique est âgée. L’âge moyen est de 64 ans et un quart des personnes ont plus de 75 ans. Un peu plus de la moitié des personnes diabétiques sont des hommes. Le diabète est récent pour plus d’un quart des répondants (diagnostiqué depuis moins de 5 ans) mais très ancien pour un autre quart (depuis au moins 20 ans). La grande majorité des personnes (91 %) ont un diabète de type 2. 

Le niveau de risque vasculaire des diabétiques est élevé : 93 % des personnes interrogées déclarent au moins un facteur de risque autre que le diabète parmi le tabagisme actif (16 %), l’hypertension artérielle (54 %), l’hypercholestérolémie (51 %), et surtout le surpoids (40 %) ou l’obésité (34 %). 

Les complications coronariennes diagnostiquées sont fréquentes (17 % en ce qui concerne l’angor, l’infarctus ou la revascularisation coronarienne). Elles sont fréquentes dès la découverte du diabète : 14 % des personnes diabétiques ayant découvert leur diabète depuis moins de 5 ans déclarent déjà au moins une complication coronarienne. Un meilleur contrôle des facteurs de risque vasculaire permettrait pourtant de prévenir ces complications. 

Le dépistage des complications microvasculaires est insuffisant, notamment concernant les complications ophtalmologiques et podologiques. En effet, 32 % des médecins ne peuvent pas apporter d’information sur l’état rétinien de leur patient et 43 % seulement des patients disent avoir bénéficié d’un fond d’œil dans l’année ; 43 % des médecins ne connaissent pas le résultat au test du monofilament de 10 grammes, test peu coûteux qui définit la sensibilité du pied du patient diabétique. Or une prise en charge ophtalmologique (traitement par laser) ou podologique permet de prévenir cécité ou amputations. 

La prise en charge thérapeutique des diabétiques doit être intensifiée : 32 % des diabétiques sont traités par un seul antidiabétique oral mais sans metformine comme il l’est recommandé ; le niveau d’HbA1c est mal contrôlé (HbA1c 7 %) dans plus de la moitié des cas (53 %) ; le contrôle de la pression artérielle et des niveaux lipidiques est également insuffisant : 51 % des diabétiques ont une pression artérielle supérieure ou égale à 140/90 mmHg et 26 % ont un taux de LDL supérieur ou égal à 1,3 g/l. L’intensification de la prise en charge diététique et du traitement médicamenteux permettrait de mieux contrôler le risque vasculaire et de prévenir les complications du diabète. 

La qualité de la prise en charge du diabète s’est améliorée entre 2001 et 2003 mais demeure insuffisante. Respectivement 66 %, 72 % et 16 % des diabétiques ont réalisé en 2001 au moins un bilan lipidique, au moins un dosage de créatininémie et au moins un dosage d’albuminurie, comme il est recommandé. Le dosage d’HbA1c est recommandé tous les 3 ou 4 mois, mais n’est réalisé 3 fois par an que chez 30 % des personnes, alors qu’il doit remplacer le dosage de la glycémie encore pratiqué trop fréquemment (3 fois par an chez 44 % des diabétiques). En 2003, 39 % des personnes ont bénéficié de 3 dosages d’HbA1c. 

Toutefois, les médecins et leurs patients sont globalement satisfaits de la prise en charge du diabète. Seul le régime alimentaire pose problème : les médecins se déclarent globalement insatisfaits de la prise en charge diététique qu’ils proposent et les patients déclarent souvent avoir des difficultés à suivre le régime alimentaire qui leur est prescrit. 

Le coût des soins est un frein au traitement pour un diabétique sur cinq, et il s’agit essentiellement de soins de pédicure/podologie et de soins dentaires. Seulement 6 % des diabétiques sont bénéficiaires de la couverture médicale universelle (CMU) et 77 % d’une exonération du ticket modérateur pour une affection sur la liste des ALD (diabète ou autre maladie), alors que tous pourraient en bénéficier. 

La majorité des personnes diabétiques (86 % dans le diabète de type 2 et 69 % dans le diabète de type 1) sont suivies par des médecins généralistes, sans référence annuelle à un endocrinologue libéral ou hospitalier. L’amélioration du suivi des diabétiques repose donc particulièrement sur les médecins généralistes. Le soutien des podologues/pédicures et diététiciens, apportant des soins actuellement non remboursés, apparaît nécessaire. 

Pour en savoir plus 

Des diaporamas, avec commentaires, détaillent : 

•    la méthodologie d’Entred 
•    les caractéristiques de la population diabétique 
•    les facteurs de risque vasculaire
•    les complications
•    la qualité de vie des personnes diabétiques
•    la prise en charge thérapeutique 
•    Prise en charge thérapeutique du risque cardiovasculaire des diabétiques de type 1
•    Prise en charge thérapeutique du risque cardiovasculaire des diabétiques de type 2
•    la qualité du suivi médical 
•    le coût des soins, la satisfaction des patients et médecins, et les caractéristiques des médecins
•    les conclusions générales sur les résultats de l’étude  

Un diaporama non commenté présente 

Des tableaux détaillés (résultats des remboursements médicaux de 2001-2003, questionnaire patients et médecins)

Nationaux 

Régionaux 

 Par type de diabète et traitement