Taux de participation au programme de dépistage organisé du cancer colorectal 2016-2017

Mis à jour le 20 mai 2019

Rappel : le test au gaïac (Hémoccult® II) a été remplacé par le test immunologique (OC Sensor®) en avril 2015. Les taux de participation, calculés pour les années 2016 et 2017 pour l'ensemble des départements français, sont présentés ici, ainsi que les taux d'exclusions et les pourcentages de tests positifs.

Matériel et méthodes

Le cahier des charges des programmes de dépistage des cancers paru au Journal Officiel le 21 décembre 2006 (Annexe au n°295) stipule que les personnes de 50 à 74 ans doivent être invitées à se faire dépister pour le cancer colorectal tous les deux ans. Le mode de calcul des indicateurs est fondé sur le guide du format des données et définitions des indicateurs de l'évaluation du programme national (voir Guide du format de données). Les indicateurs sont ainsi calculés sur deux ans, période au cours de laquelle l'ensemble de la population d'un département est invitée à participer au dépistage.

Calcul du taux de participation

Le taux de participation est le rapport entre le nombre de personnes dépistées et la population éligible, soit la population cible du dépistage (hommes et femmes de 50 à 74 ans) dont sont extraites les personnes exclues du dépistage pour raisons médicales. Il est défini par :

alternative text

Le nombre de personnes dépistées, c'est-à-dire d'hommes et de femmes de 50 à 74 ans ayant effectué un test de dépistage au cours de la période évaluée (ici, du 1er janvier 2016 au 31 décembre 2017), et le nombre de personnes exclues du dépistage pour raisons médicales sont fournis par les structures de gestion. La définition des exclusions médicales est précisée par le cahier des charges (voir ci-dessus).

La population moyenne éligible est obtenue en faisant la moyenne arithmétique de la population cible Insee des personnes de 50-74 ans des années civiles 2016 et 2017, à laquelle il faut soustraire le nombre moyen des personnes de 50-74 ans exclues du programme pour des raisons médicales au cours des deux années civiles (2016 et 2017).

Remarque : A des fins de comparaison entre départements, la population cible Insee utilisée pour le calcul des taux de participation est issue des données de population fournies par l'Insee (projections 2007-2042, scénario central) calculées de manière identique sur tout le territoire.

Calcul du taux d'exclusions

Le taux d'exclusion est le rapport entre le nombre de personnes exclues (temporairement ou définitivement) du programme de dépistage organisé du cancer colorectal (voir ci-dessus) et la population Insee cible du dépistage (hommes et femmes de 50 à 74 ans).

alternative text

Le nombre de personnes exclues est fourni par les structures de gestion à partir d'une diversité de sources de données exploitables : réponses des personnes invitées, fichiers des actes de coloscopies remboursés par les caisses primaires d'assurance maladie, les fichiers des codes actes diagnostiques et thérapeutiques, comptes rendus standardisés des résultats de coloscopie et des examens anatomo-cythopathologiques…), mais dont l'accès est variable selon les structures de gestion.

Comme pour le calcul du taux de participation, la population moyenne éligible est obtenue en faisant la moyenne arithmétique de la population cible Insee des personnes de 50-74 ans des années civiles 2016 et 2017, à laquelle il faut soustraire le nombre moyen (moyenne arithmétique) des personnes de 50-74 ans exclues du programme pour des raisons médicales au cours des deux années civiles (2016 et 2017).

Calcul du pourcentage de tests positifs

Il s'agit du rapport entre le nombre de personnes ayant un test positif et le nombre personnes ayant un test analysable, c'est-à-dire un test ayant pu être lu par les centres de lecture des tests de dépistage.

alternative text

Ces informations sont fournies par les structures de gestion.

Les classes d'âge

Une décomposition en classes d'âge de 5 ans a été retenue.

La classe 50-54 ans inclut les individus qui ont eu 50 ans dans le courant de l'année évaluée, même s'ils n'avaient pas atteint cet âge au moment du dépistage , la classe 70-74 ans inclut les individus qui avaient 75 ans révolus au moment du dépistage, afin de tenir compte du délai de réalisation du test pour les personnes ayant été invitées à 74 ans.

Standardisation des indicateurs

Les taux de participation, d'exclusions et le taux de personnes ayant un test positif sont calculés par département, par région et pour la France. Ils sont standardisés sur l'âge et le sexe par rapport à la population française 2009 (projection Insee 2007-2042, scénario central). Cette standardisation permet, en appliquant une même structure d'âge et de sexe (celle de la population française 2009) aux unités géographiques, de comparer les résultats entre ces territoires (départements ou régions) et d'étudier les évolutions dans le temps des différents indicateurs étudiés.

Référentiels

Le référentiel européen préconise un taux de participation de la population cible supérieur ou égal à 45 % pour que le programme de dépistage soit coût-efficace.

Résultats

Participation

Sur la période allant du 1er janvier 2016 au 31 décembre 2017, la population éligible au programme est estimée à 16,8 millions de personnes âgées de 50 à 74 ans. Près de 5,6 millions ont réalisé un test de dépistage immunologique, ce qui représente un taux de participation de 33,5 %, soit + 4,9 points de pourcentage par rapport à la période 2015-2016 (test immunologique : 28,6 %) (voir tableaux format pdf et format Excel). Ce taux reste inférieur au repère européen acceptable de 45 %1.

La participation qui était en légère diminution depuis 2010-2011, passant de 32,1 % à 29,8 % en 2013-2014, a chuté de manière importante à 23,1 % en 2014-2015, puis augmenté au cours de la période 2015-2017 (Graphique). La forte baisse observée s'explique par l'interruption de l'activité de dépistage organisé fin 2014 et début 2015 (arrêt des invitations au dernier trimestre 2014 et lancement du test immunologique en avril 2015).

Le taux de participation est plus élevé chez les femmes que chez les hommes (32,1 % contre 34,7 %, respectivement voir tableaux format pdf et format Excel), quelle que soit la classe d'âge (voir tableaux format pdf et format Excel). Il augmente avec l'âge chez les hommes de 28,1 % entre 55-59 ans à 39,5 % à 70-74 ans et chez les femmes de 33,3 % entre 55-59 ans à 38,1 % à 70-74 ans.

On observe une disparité territoriale des taux de participation (voir carte-1carte-2 et tableaux format pdf et format Excel). Les taux sont particulièrement bas (< 25 %) pour les départements de la Corse, de la Guyane, de l'Ardèche, de Paris, de la Lozère, de l'Ariège, des Alpes-Maritimes et de l'Hérault. Les taux les plus élevés sont retrouvés en Saône-et-Loire (47,3 %) et en Ille-et-Vilaine (50,6 %), deux départements où le test immunologique est envoyé à titre expérimental directement aux personnes invitées lors de la 2e relance. Les autres départements ayant des taux supérieurs ou égaux à 45 % sont le Haut-Rhin (45,6 %), et la Maine-et-Loire (44,7 %). Au total, 57 départements ont un taux de participation supérieur à la moyenne nationale (33,5 %).

Exclusion

Les exclusions médicales doivent être régulièrement renseignées et être les plus exhaustives possibles pour assurer la qualité du programme. Elles peuvent être, soit définitives pour des raisons médicales (les antécédents de personnels ou familiaux d'adénomes ou de cancer colorectal, la polypose adénomateuse familiale, une maladie inflammatoire chronique intestinale, un cancer colorectal héréditaire non polyposique ou syndrome de Lync), soit temporaires du fait de symptômes ou pour avoir effectué dans les cinq ans une coloscopie ayant des résultats normaux.

Sur la période 2016-2017, le taux d'exclusion est de 12,9 %, correspondant à près de 2,5 millions personnes exclues (voir tableaux format pdf et format Excel). Il est un peu moins élevé chez les hommes que chez les femmes (12,8 % contre 13,0 % respectivement). Il augmente sensiblement avec l'âge, de 6,0 % entre 50-54 ans à 22,0 % entre 70-74 ans chez les hommes, de 7,0 à 19,7 % respectivement chez les femmes (voir tableaux format pdf et format Excel).

On observe de grandes disparités départementales des taux d'exclusions qui varient de moins de 5 % pour les Bouches-du-Rhône et la Guyane et à 23,1 % pour le Bas-Rhin (voir carte-3 et tableaux format pdf et format Excel). Ces disparités territoriales soulignent l'hétérogénéité de la qualité du recueil de l'information entre les départements. Le nombre de personnes exclues reste encore mal renseigné dans certains départements, en particulier du fait de la faible performance de leurs systèmes de recueil des exclusions médicales. Il existe au niveau départemental une diversité de sources de données exploitables pour documenter les exclusions médicales, mais celles-ci ne sont pas toujours accessibles par les structures de gestion. Cette situation interpelle sur la nécessité d'optimiser le recueil d'informations sur les exclusions médicales pour assurer la qualité du programme, en définissant une stratégie nationale permettant de mieux encadrer et accompagner les professionnels impliqués.

Tests positifs

Pour rappel : le seuil de positivité retenu est supérieur ou égal à 30 µg/g de selles (ou 150 ng/ml de tampon), correspondant un taux de positivité attendu dans la population en France de l'ordre de 4 %.

Sur la période 2016-2017, 5,6 millions de personnes ont réalisés un test dont près de 248 000 se sont révélés positifs, soit un taux de positivité de 4,5 %. Ce taux est plus élevé chez les hommes que chez les femmes (5,5 % vs 3,5 %), et augmente avec l'âge (voir Graphique) et tableaux format pdf et format Excel).

On note une variabilité importante du taux de tests positifs entre les départements, avec des valeurs comprises entre 4 % pour Guadeloupe, les Hautes-Alpes et la Guyane et 9,6 % pour l'Hérault (voir carte) chez les hommes et entre 2,9 % pour la Savoie, l'Aveyron et la Loire-Atlantique et à 6,8 % pour l'Hérault (voir carte) chez la femme (voir tableaux format pdf et format Excel).

Conclusion

Entre 2016 et 2017, près de 2,5 millions personnes âgées de 50 à 74 ans ont été exclues du programme, 5,6 millions ont réalisé un test de dépistage, ce qui représente un taux de participation de 33,5 %. Le taux de personnes ayant un test immunologique positifs est de 4,5 %, conforme à l'attendu. La participation est en légèrement augmentation par rapport à la période précédente. Les prochaines données de participation porteront sur la période 2017-2018, soit sur une période d'organisation du dépistage en routine, et devraient permettre de mieux évaluer l'impact potentiel du changement de test sur la participation.

1 Segnan N, Patnick J, von Karsa L (dir). European guidelines for quality assurance in colorectal cancer screening and diagnosis. First Edition. Luxembourg : European Commission , 2010.