Population-based organized cervical cancer screening pilot program in France

Publié le 1 Septembre 2017
Mis à jour le 5 juillet 2019

In France, cervical cancer screening is recommended every 3 years for women aged 25-65 years. With the exception of a few local organized programs, screening is mainly opportunistic. In view of setting up a nationwide population-based organized screening program, a pilot intervention was implemented in nine geographic areas using a common protocol. Women aged 25-65 years who had not undergone a cytological screening in the past 3 years were invited for screening during 2010-2012 and reminded up to 1 year after the initial invitation. Cytological results and follow-up data were collected up to the end of 2014 for all women screened irrespective of whether spontaneously or following invitation. Aggregate data were centralized nationally. Among the 2.4 million women from the total target population aged 25-65 years, 1.3 million were invited for screening. The overall screening coverage during 2010-2012 was 62.3%, with wide variations across geographic areas, ranging from 41.6 to 72.5%. Initial invitations and reminders enabled nearly 280 000 women to be screened, corresponding to an estimated increase in coverage of 12% points. Overall, 4.2% of the women screened had an abnormal smear. A total of 5180 high-grade cervical precancers and 323 invasive cervical cancers were reported, corresponding to detection rates of, respectively, 623 and 39 per 100 000 women screened 3-yearly. This study indicates that such organized screening may markedly improve the uptake of cervical cancer screening. On the basis of this pilot program, nationwide organized cervical cancer screening is currently being rolled out in France. Traduction du résumé : En France, le dépistage du cancer du col de l'utérus est recommandé tous les 3 ans chez les femmes âgées de 25 à 65 ans. À l'exception de quelques programmes organisés locaux, le dépistage est principalement opportuniste. Afin de mettre en place un programme national de dépistage organisé à l'échelle nationale, une intervention pilote, fondée sur un protocole commun, a été réalisée dans neuf zones géographiques. Les femmes âgées de 25 à 65 ans qui n'avaient pas fait de frottis de dépistage au cours des 3 dernières années ont été invitées par courrier à se faire dépister pendant la période 2010-2012 et ont été relancées jusqu'à 1 an après l'invitation initiale. Les résultats cytologiques des frottis et les données de suivi ont été recueillis jusqu'à fin 2014 pour l'ensemble des femmes dépistées, que le dépistage ait été réalisé spontanément ou suite à une invitation. Les données agrégées ont été recueillies à l'échelle nationale. Parmi les 2,4 millions de femmes âgées de 25 à 65 ans constituant la population cible totale, 1,3 million ont été invitées à se faire dépister. La couverture globale du dépistage pendant la période 2010-2012 était de 62,3%, avec d'importantes variations d'une zone géographique à l'autre, allant de 41,6 à 72,5%. Les invitations initiales et les relances ont de dépister près de 280 000 femmes, ce qui représente une augmentation de la couverture du dépistage estimée à 12 points de pourcentage. Dans l'ensemble, 4,2% des femmes dépistées avaient un frottis anormal. Au total, 5180 lésions pré-cancéreuses de haut grade et 323 cancers invasifs du col de l'utérus ont été rapportés, ce qui correspond à des taux de détection de respectivement 623 et 39 pour 100 000 femmes dépistées tous les trois ans. Cette étude indique qu'une telle organisation du dépistage permet d'améliorer considérablement le recours au dépistage du cancer du col de l'utérus. Sur la base de ce programme pilote, le dépistage national du cancer du col de l'utérus est en cours de déploiement en France. (Traduction effectuée par l'Unité de valorisation scientifique de la Direction de la communication et du dialogue avec la société, de Santé publique France).

Auteur : Hamers FF, Duport N, Beltzer N
European journal of cancer prevention, 2018, vol. 27, n°. 5, p. 486-492