Suspicion de cas de grippe humaine par un virus influenza A(H1N2)v clade 1C.2.4 d’origine porcine en Bretagne

Suite à la détection d’un cas humain d’infection par un virus influenza d’origine porcine dans les Côtes d’Armor, des investigations sont en cours et une conduite à tenir a été élaborée par Santé publique France afin de détecter tout cas possible d’infection par ce virus et permettre la mise en place de mesures de contrôle appropriées.

Publié le 10 septembre 2021

Point de situation au 10 septembre 2021

Le 03/09/2021, le Centre National de Référence des virus des infections respiratoires à l’institut Pasteur a confirmé une infection chez un homme résidant dans les Côtes-d’Armor, par un virus influenza A(H1N2)v clade 1C.2.4 d’origine porcine. Il s’agit de la première détection chez l’homme de ce virus en France. 

Le patient, a rapporté une exposition à des porcs vivants dans la semaine précédant l’apparition des symptômes. L’état de santé du patient est favorable. Aucune personne symptomatique n’a été détectée à ce jour dans son entourage proche. 

Que sait-on du virus influenza A(H1N2)v ?

Le virus détecté chez ce cas humain est génétiquement proche de virus porcins détectés récemment en Bretagne et ailleurs en France, identifiés comme étant de génotype « H1avN2 #E » par le Laboratoire National de Référence (LNR) Influenza Porcin (Anses), comportant un gène HA (hémagglutinine) qui appartient au clade 1C.2.4. 

Ce clade a été identifié en 2020 comme un lignage émergent diffusant dans la population porcine en Europe (France, Danemark, Italie et Espagne notamment). Il a été détecté chez les porcs en Bretagne pour la première fois en février 2020. Dans les zones où il circule activement à l’heure actuelle, il est rapidement devenu le virus majoritaire parmi l’ensemble des virus influenza détectés dans les élevages porcins. 

Des analyses virologiques et génétiques sont en cours au CNR et au Laboratoire National de Référence des virus influenza porcins (Anses) pour caractériser ce virus, et notamment identifier d’éventuels marqueurs d’adaptation à l’homme et de virulence.

En raison de la circulation active de ce virus au sein du cheptel porcin en France, il convient de faire une recherche systématique de virus grippaux (type et sous-type) chez toute personne exposée à des porcs, et présentant un tableau clinique compatible avec une infection respiratoire aiguë et un test négatif pour le SARS-CoV-2. 

Des cas de transmission à l’homme de virus influenza d’origine porcine se produisent sporadiquement dans le Monde. Depuis janvier 2021, une dizaine de cas d’infection humaine par des virus A(H3N2)v, A(H1N1)v et A(H1N2)v d’origine porcine a été détectée aux Etats-Unis, au Canada, en Australie, à Taiwan, au Danemark et en Allemagne. Les cas humains d’infection par des virus influenza porcins sont généralement bénins, bien que quelques cas sévères aient été notifiés. Plusieurs évènements isolés de transmission interhumaine de virus influenza porcins ont été décrits ou suspectés par le passé, mais il n’a plus été rapporté de chaînes de transmission soutenue (c’est-à-dire impliquant plusieurs générations d’infections successives chez l’homme) depuis la pandémie de 2009.

Cet évènement, survenant dans une région française caractérisée par une grande densité d’élevages porcins, n’est donc pas un phénomène inattendu. Toutefois, les caractéristiques de ce virus A(H1N2)v du clade 1C.2.4, notamment sa capacité à s’adapter à l’homme, demeurent à déterminer.

A télécharger

vignette-repere-pour-votre-pratique

Conduite à tenir vis-à-vis des personnes exposées au virus

Questionnaire grippe d'origine animale (cas possible)

Questionnaire grippe d'origine animale (cas co-exposé)