Évaluer l'impact sur la santé de la pollution de l'air, retour sur la journée du 6 novembre 2019

Santé publique France et l’ADEME ont organisé le 6 novembre 2019 la journée « Évaluer l'impact sur la santé de la pollution de l'air ». Retour sur l’événement.

Mis à jour le 7 novembre 2019

La journée Évaluer l'impact sur la santé de la pollution de l'air s’est déroulée en présence de Maria Neira, directrice du Département Santé publique, déterminants sociaux et environnementaux de la santé de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), ainsi que d’une délégation de l’OMS Europe, d’Arnaud Leroy, président de l’ADEME, d’Olivier David du Ministère de la Transition écologique et solidaire, et d’Elisabeth Toutut-Picard, présidente du Groupe Santé Environnement.

Plus de 150 personnes de collectivités, services de l’état, AASQA, ORS, bureaux d’étude et autres entités se sont inscrits à l'événement
Consulter le programme

Geneviève Chêne, directrice générale de Santé publique France, a souligné dans son discours introductif l’intérêt des évaluations quantitatives d’impact sur la santé (EQIS) dans l’appui aux politiques publiques sur la qualité de l’air, et dans l’appropriation des enjeux liés à la pollution de l’air par les différentes parties prenantes.

Session 1 – Pollution atmosphérique et santé : panorama international et européen

Maria Neira a parlé du rôle de l’OMS et de la nécessité de placer la santé au centre des processus décisionnels environnementaux et politiques pour stimuler l'action. Elle a également abordé la nécessité de prendre des mesures urgentes pour s'attaquer au problème de la pollution atmosphérique et de changement climatique. Dorota Jarosinska a donné un aperçu des travaux du Centre européen pour l'environnement et la santé de l'OMS, notamment la mise à jour des valeurs-guide mondiales de l'OMS sur la qualité de l'air. Francesco Forastiere a ensuite exposé les dernières connaissances sur les liens entre pollution de l’air extérieure et santé, en faisant ressortir le rôle majeur de la pollution sur le développement de maladies chroniques. Enfin, Michal Krzyzanowski a parlé du développement de la méthode d’EQIS de la pollution de l’air en Europe, en faisant ressortir le potentiel des EQIS qui fournit en plus d’un appui aux politiques publiques, un cadre pour une collaboration étroite entre épidémiologistes et scientifiques de l'atmosphère en faveur de la prévention.

Session 2 – Quels outils pour évaluer l’impact sur la santé de la pollution de l’air en France ?

Cette session a traité des nouveaux outils et guides permettant de quantifier les impacts et bénéfices pour la santé des actions en faveur de la qualité de l'air en France. Arnaud Leroy mis l’accent sur le rôle clé des collectivités pour agir en faveur de la qualité de l’air, et a rappelé les actions de l’ADEME pour soutenir les acteurs dans les territoires. Dans ce contexte, il a présenté l’action conjointe de l’ADEME et de Santé publique France envers les collectivités volontaires pour tester, dans sa première version française, le logiciel AirQ+ développé par l’OMS permettant de réaliser des EQIS sur un territoire donné. Sylvia Medina a ensuite présenté les actions de Santé publique France dans le développement des EQIS depuis la création du programme de surveillance Air et santé, l’action la plus récente étant la production de nouveaux guides méthodologiques d’EQIS  à destination des acteurs locaux. Par la suite, Pierpaolo Mudu a présenté l’outil AirQ+ et fait une démonstration de son utilisation, et deux collectivités, Douaisis et Caen La Mer, ont partagé leurs expériences d’utilisation d’AirQ+.

Olivier David a rappelé le rôle moteur des EQIS. Il a mis en avant le rôle des collectivités dans la mise en place d’actions en faveur de la qualité de l'air et le besoin d’outils mis à disposition des collectivités, notamment AirQ+ et les guides, mais également les cartes stratégiques Air élaborées par les AASQA et le nouvel indice ATMO. Il a remercié le bureau Europe de l'OMS pour le développement de l'outil ainsi que Santé publique France et l’ADEME, notamment pour le nouveau guide EQIS présenté. Il a présenté les principales actions du PREPA et souligné également qu'il faudra poursuivre l'accompagnement des collectivités pour s'approprier l'outil dans le contexte actuel de contentieux, et il a rappelé les actions mises en place par l'Etat.

Elisabeth Toutut-Picard a mis en perspective les principaux enseignements de la journée par rapport aux travaux des PNSE3 et 4, en saluant la démarche transversale et de partage des actions présentées et le besoin d’ajuster les outils pour les besoins des petites communes.

En savoir plus