Recensement national des cas de COVID-19 chez les professionnels en établissements de santé

Depuis le 22 avril 2020, Santé publique France en lien avec le GERES et avec l’appui des CPIAS a mis en place une surveillance afin de recenser les professionnels exerçant en établissements de santé publics ou privés infectés par le coronavirus Sars-CoV-2.

Mis à jour le 27 septembre 2021

Restez informés sur l'épidémie de COVID-19, France et Monde

Points de situation, questions-réponses, interviews d'experts... tout savoir sur l’infection au nouveau coronavirus (SARS-CoV-2), COVID-19, en France et dans le Monde

Face à l’épidémie de COVID-19, les professionnels travaillant en établissements de santé sont une population particulièrement exposée. Il est donc important de les suivre dans le cadre de la surveillance mise en place par Santé publique France. Par ailleurs, les  données actuellement disponibles au niveau national sont parcellaires et hétérogènes. C’est pourquoi, Santé publique France en partenariat avec le Geres (Groupe d'étude sur le risque d'exposition des soignants aux agents infectieux) et avec l’appui des CPias (Centre d’appui pour la prévention des infections associées aux soins), des équipes opérationnelles d'hygiène et de la médecine du travail ont élaboré un protocole de surveillance des professionnels salariés d’établissements de santé publics ou privés. En parallèle, le Geres a lancé sur son site internet un outil de recueil d’informations plus qualitatives, destiné à tous les professionnels de santé atteints par le coronavirus SARS-CoV-2, quels que soient leur profession et leur lieu d’exercice. 

Objectif

L’objectif de cette surveillance est de recenser le nombre de ces professionnels ayant été infectés par le SARS-CoV-2 depuis le 1er mars 2020. 

Qui est concerné ?

Tous les établissements de santé d’hospitalisation publics et privés. 
Les informations recueillies concernent tous les professionnels salariés de ces établissements : professionnels de santé et autres salariés (personnels d'entretien, personnels administratif…).

Définition de cas

La définition de cas PES/COVID19 retenue pour l’enquête, est la suivante depuis le 9 novembre 2020 :

  • tout professionnel en établissement de santé (ES), symptomatique ou non, avec un résultat biologique confirmant l'infection par le SARS-CoV-2, par RT-PCR, ou par sérologie dans le cadre d'un diagnostic de rattrapage, conformément aux recommandations de la HAS, ou par un test antigénique (TROD ou TDR)
  • tout professionnel en établissement de santé probablement infecté par SARS-CoV-2, (clinique, historique de contact ou imageries évocatrices), reconnu comme infecté par la cellule « covid19» ou le référent infectiologue de l'ES.

Concernant les décès, il s'agit de décès liés à Covid-19.

Qui remplit le questionnaire ?

Une personne référente au sein de l’établissement (service de ressources humaines, médecine du travail, équipe opérationnelle d’hygiène…) est désignée pour remplir le questionnaire chaque semaine. Les données recueillies sont le nombre de professionnels ayant été infectés par le SARS-CoV-2 dans la semaine précédente, ventilé par catégorie professionnelle pour les soignants, ainsi que les décès liés à l’infection à SARS-CoV-2 rapportés parmi les professionnels infectés. 

Résultats clés

Mise en place le 22 avril 2020, cette surveillance a pour objectif de recenser les professionnels salariés d’un établissement de santé d’hospitalisation, public ou privé, ayant été infectés par le SARS-CoV-2 depuis le 1er mars 2020. Ces données sont déclarées chaque semaine par un référent de chaque établissement, et susceptibles d’être corrigées a posteriori au cours de la période de surveillance. 

  • 1 399 des 3 636 établissements de santé en France ont participé au moins une fois à l’enquête. Les établissements participants regroupent 935 732 professionnels salariés, soit 73,6 % des PES salariés en France. La participation variait au cours du temps : 600 établissements en moyenne chaque semaine entre le 13/04/20 et le 28/06/20, autour de 300 entre le 29/06/20 et le 30/05/21, et environ 150 entre juillet et septembre 2021.
  • 2 191 cas supplémentaires ont été déclarés depuis le 20/07/21, portant à  87 647 le nombre de professionnels en établissement de santé infectés pour la période du 01/03/20 au 22/09/21. On note une légère augmentation à partir de la semaine S28-2021 et jusqu’à la semaine S33-2021, suivie d’une diminution à partir de la semaine S34-2021. Les données de la semaine 37 ne sont pas consolidées.
  • Aucun décès supplémentaire lié à la COVID-19 n’a été déclaré depuis le dernier bilan. Au total, 19 décès liés à l’infection à SARS-CoV-2 ont été enregistrés depuis le 01/03/20, survenus chez 5 médecins, 5 aides-soignants, 1 infirmier, 2 professionnels de santé classés « autres » et 6 professionnels non soignants. Parmi les décès déclarés, aucun n’est survenu depuis mi-décembre 2020.
  • Parmi les 87 647 cas, 60 445 (69%) étaient des professionnels de santé et 9 433 (11%) des professionnels non soignants. Pour 20 % des cas, la catégorie professionnelle n’était pas renseignée.
  • Les deux professions le plus souvent rapportées sont les infirmiers (N=20 592, 23% des cas) et les aides-soignants (N= 17 991, 21% des cas). 
  • Les aides-soignants (10,9%) et les kinésithérapeutes (10,4%), exerçant dans les établissements de santé ayant participé à l’enquête depuis le 01/03/20, ont été les plus impactes.
  • Parmi les 43 621 cas pour lesquels le service d’exercice pendant les deux semaines précédant l’infection a été renseigné, la majorité avait travaillé dans les services MCO (N=20 265, 46,5%), les services médicotechniques (N= 7 618, 17,5%) ou les services de SSR/SLD (6 951, 16%). 20% des PES avaient travaillé dans d’autres types de services.
Nombre de PES atteints de COVID-19 déclarés dans les établissements de santé, par semaine, depuis le 20/07/20 (N=54 078), France (données au 22/09/21)
Nombre de professionnels en établissements de santé atteints de COVID-19 déclarés dans les établissements de santé, par semaine, depuis le 20/07/20 (N=54 078), France (données au 22/09/21)

Nombre et proportion de professionnels de santé (PES)-COVID-19 infectés, par catégorie professionnelle, parmi les PES des ES participant depuis le 01/03/20 (données au 22/09/21), France

Catégorie professionnelleNombre de cas% parmi les PES
Infirmier20 5928,1
Aide-soignant17 99110,9
Médecin5 7066,3
Interne2 3897,3
Kinésithérapeute79010,4
Sage-femme5344,2
Autre professionnel soignant9 6937,6
Autre professionnel non soignant9 4333,9
Inconnu17 769NA
Total84 8979,1

*Source de données pour le nombre total de professionnels par catégorie professionnelle par région : SAE, données 2019 https://www.sae-diffusion.sante.gouv.fr/sae-diffusion/accueil.htm 
Nb : Les cas survenus parmi la catégorie professionnelle « élèves » (N= 2 750) n’ont pas été pris en compte dans cette analyse, en l’absence de dénominateur connu.

Répartition par service des professionnels de santé déclarés infectés par le SARS-CoV-2, depuis le 13/04/20 (données au 22/09/21, N=63 289), France

ServiceNombre de PES infectés%
Médecine hors réanimation15 75324,9
Chirurgie3 4945,5
Obstétrique1 0181,6
Réanimation1 5622,5
Soins de suite et réadaptation4 1096,5
Soins de longue durée2 8424,5
Médico-technique7 81612,0
Autre7 22511,4
Inconnu19 66831,1
Total63 289100,0

Ce qu'il faut en retenir 

  • Malgré la diminution du nombre de cas, la poursuite de cette surveillance reste nécessaire  afin de continuer à mesurer l'impact de la pandémie chez les professionnels en établissements de santé. 
  • La baisse du nombre de cas pourrait être attribuée à la mise en place de la stratégie d’obligation vaccinale chez les professionnels exerçant en établissements de santé. En effet :
    • la couverture vaccinale des PES ayant reçu au moins une dose est estimée à 92,0% [IC95% : 88,9-95,2],
    • la couverture vaccinale des PES pour la vaccination complète est estimée à 86,6% [IC95% : 83,8-89,4] (données de CV issues de l’étude DGOS-DGCS-Drees - Cf. Le point sur du 23 septembre 2021).
  • Il est crucial de maintenir les gestes barrières en établissement de santé et de poursuivre la vaccination de cette population particulièrement exposée à l’infection au SARS-CoV-2.