L'alerte sanitaire en France. Principes et organisation. Rapport d'un groupe de travail de l'Institut de veille sanitaire. Version préliminaire. Mai 2005

Publié le 1 Mai 2005
Mis à jour le 5 juillet 2019

Les changements de mode de vie, l'augmentation de la circulation des personnes et des biens à travers le monde, le vieillissement de la population, l'évolution spontanée des agents pathogènes mais aussi le développement des techniques médicales et l'apparition de résistance aux antimicrobiens sont responsables de l'émergence constante ou de l'expression de nouveaux agents pathogènes et de leur diffusion au sein des populations. La pandémie d'infection à VIH ou, plus récemment, l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (Sras) en 2003 ont montré clairement que les risques émergents constituent une menace globale nécessitant une approche coordonnée au niveau international s'appuyant sur des systèmes nationaux efficaces et réactifs. A coté des maladies infectieuses, les risques liés à l'environnement, qu'ils soient d'origine naturelle ou anthropogénique, sont eux aussi en constante évolution. L'épisode de canicule au cours de l'été 2003 a montré que les risques liés à l'environnement pouvaient entraîner une surmortalité importante dans une période courte, justifiant totalement la mise en place d'outils d'alerte à visée environnementale et un suivi quotidien d'indicateurs généraux tels que les admissions hospitalières et la mortalité. Depuis le 11 septembre 2001, la prise en compte du risque d'attentat bioterroriste amène à intégrer cette nouvelle menace dans la conception des systèmes d'alerte épidémiologique. Dans un souci de détection précoce, des systèmes de surveillance syndromique, collectant des informations lors du recours d'un patient à un service d'urgence, se sont développés. Les urgences sanitaires de demain ne seront pas nécessairement détectées par les systèmes d'alerte qui ciblent les risques connus. L'alerte sanitaire repose aujourd'hui sur un suivi très réactif d'indicateurs ciblant les risques sanitaires connus mais aussi sur une veille prospective de phénomènes de nature inconnue pouvant représenter une menace pour la santé publique, qu'ils soient infectieux ou environnementaux. (Extrait du rapport).

Auteur : Campese C, Coulombier D, de Valk H, Empereur Bissonnet P, Gastellu Etchegorry M, Germonneau P, Gouezel P, Guillaumot P, Ilef D, Josseran L, Malfait P, Paquet C, Pomarede R, Thelot B
Année de publication : 2005
Pages : 77 p.