Investigation d'une suspicion de cluster de pathologies à Romainville (93) : Rapport d'étude faisant suite à une exposition au trichloroéthylène due à l'activité industrielle de l'entreprise Wipelec

Publié le 1 Janvier 2018
Mis à jour le 5 juillet 2019

Un ancien atelier de traitement de métaux, en activité de 1993 à 2006, situé dans un quartier résidentiel de Romainville (93), a occasionné une pollution importante au niveau du site dans les sols, les gaz du sol et les eaux souterraines, en particulier par des solvants chlorés. Les gaz du sol constituant la principale voie de migration du polluant hors site, la qualité de l'air est surveillée à l'intérieur des maisons riveraines, où la présence de trichloroéthylène (TCE) a été mise en évidence. Une évaluation des risques sanitaires associés a déjà été menée en 2016 et d'importantes mesures de gestion mises en place (mises à l'abri, travaux, dépollution, surveillance). En 2015, l'association Romainville Sud informait l'ARS Île-de-France et l'Institut de veille sanitaire d'un recensement de 36 pathologies parmi 32 riverains du quartier. Il s'agissait de cancers, de malformations ou de pathologies chroniques. Vingt-trois personnes étaient décédées à la date de collecte des informations. La Cire a été saisie par la DT 93 - ARS 93 en avril 2016 pour investiguer cette suspicion d'agrégat. Les objectifs de cette étude étaient de : valider médicalement le signal sanitaire déclaré par l'association de riverains ; comparer les pathologies observées avec celles pour lesquelles a été décrit un excès de risque en lien avec une exposition par inhalation au TCE. La présente étude s'inscrit dans une démarche de santé publique et ne se prononce pas sur le statut individuel des personnes. En effet, une démarche individuelle consisterait à étudier, au cas par cas, la probabilité d'une association causale entre la survenue d'une maladie chez chaque riverain et l'exposition au TCE. Il s'agirait alors d'un acte de médecine d'expertise qui ne relève pas des missions de Santé publique France. L'investigation a commencé par le bilan des pollutions environnementales auxquelles les personnes vivant dans le quartier ont pu être exposées. Un comité d'appui thématique, composé de trois experts, a été constitué. Il a réalisé le point sur les connaissances en matière d'impact sur la santé des expositions humaines au TCE. Les habitants de la zone d'étude ont été contactés individuellement afin d'obtenir l'accès à leur dossier médical. Quatorze personnes ont donné leur accord, dont 7 étaient concernées par la liste des pathologies signalées par l'association. Les autres signalements de l'association n'ont pas pu être validés. L'examen des 14 dossiers médicaux correspondant a permis, quant à lui, d'identifier 27 pathologies. Aucune de ces pathologies validées chez les riverains du site Wipelec ne correspond à celles pour lesquelles a été décrit un excès de risque en lien avec une exposition au TCE, à des niveaux d'exposition comparables avec ceux observés à Romainville. Les actions à mener pour protéger la santé publique consistent essentiellement en des mesures de réduction des expositions des riverains au TCE.

Auteur : Kermarec Florence, Bassi Clément
Année de publication : 2018
Pages : 25 p.