Exposition aux facteurs de stress et impact psychosocial du tremblement de terre de Tohoku et de ses conséquences sur les Français présents au Japon en mars 2011. Étude qualitative

Publié le 1 Janvier 2015
Mis à jour le 5 juillet 2019

Le séisme survenu au Japon le 11 mars 2011 a entraîné un tsunami et un accident nucléaire. L'objectif de cette étude est de mieux connaître, pour les ressortissants français présents, les expositions aux facteurs de stress liés à ces événements, ainsi que l'impact psychosocial et les besoins d'information et de prise en charge qui en ont résulté. Une étude qualitative par entretiens semi-directifs a été réalisée auprès d'une dizaine de personnes sélectionnées parmi celles qui avaient répondu à l'enregistrement proposé par l'InVS. Les entretiens se sont déroulés entre juin et octobre 2013 en face à face (7 en France, 2 au Japon) ou par visioconférence pour une personne domiciliée au Japon. Les résultats confirment le vécu bouleversant de cette catastrophe multiple pouvant contribuer, parfois à distance de l'événement, à la survenue de manifestations anxieuses, thymiques ou des modifications de la personnalité qui peuvent nécessiter un recours aux soins. Les facteurs de stress classiquement identifiés en rapport avec les catastrophes naturelles sont retrouvés. La question de l'information a été centrale, notamment au sujet de la contamination radiologique suscitant une inquiétude prolongée. L'expatriation est une situation particulière qui modifie les modalités de vécu de tels événements. Cette expérience a sensiblement influencé ou précipité des décisions relatives à l'existence. Ces résultats vont être utilisés pour planifier les études épidémiologiques post-catastrophe. Ils confirment l'importance d'un enregistrement initial des personnes impliquées et d'une offre d'information et de dépistage adaptée et maintenue dans le long terme qui donne aux personnes exposées la possibilité de rester actives dans leurs choix et leurs décisions.

Auteur : Hemdane A, Rudy H, Sturm G, De Stefano C, Baubet T, Pirard P, Motreff Y
Année de publication : 2015
Pages : 49 p.