COP21 - Organisation et bilan d'une médicalisation sous haute tension

Publié le 18 Avril 2019
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction : la conférence des Nations Unies pour les changements climatiques (COP21) a réuni en France des délégations venues du monde entier, avec chaque jour 20 000 délégués de 195 pays dont 150 chefs d'état lors des 48 premières heures. Un dispositif médical spécifique a été organisé dans un contexte particulier " post-attentats " et avec des contraintes fortes dues à la création d'une zone sous l'unique autorité de l'ONU (zone bleue). Objectif : dresser le bilan des moyens médicaux engagés et des soins dispensés. Méthodes : dispositif médical géré par le Samu 93 en collaboration avec le Samu zonal et l'Agence régionale de santé (ARS) pour tout le site dont la zone bleue. Critères de jugement : effectifs engagés, nombre de consultations, d'évacuations dont évacuations médicalisées. Résultats : en " zone France " (poste de commandement opérationnel) : un médecin régulateur et un assistant pendant 20 jours. En " zone bleue " : 20 secouristes, une équipe médicale (Smur) H24 et deux médecins urgentistes (consultations) 12/24 heures pendant 16 jours. Au total, 47 médecins, 25 infirmiers, 25 ambulanciers Smur, 20 assistants ont participé au dispositif médical. Ceci correspondait à trois équivalents temps plein (ETP) médical d'urgentiste pendant 16 jours. Consultations réalisées : 1238 soit 97/j résultant en 34 (3 %) évacuations dont sept médicalisées. Les patients étaient 706 (57 %) hommes et 495 (43 %) femmes, d'âge moyen 43 ± 1 an. La traumatologie prédominait (20 %). Conclusion : les moyens médicaux engagés étaient conséquents pendant 16 jours. L'activité médicale était soutenue, mais une évacuation médicalisée rarement requise.

Auteur : Chanzy E, Gentile M, Nahon M, Paty AC, Stibbe O, Tourtier JP, Petrovic T, Goix L, Adnet F, Lapostolle F
Revue d'Épidémiologie et de Santé Publique, 2019, p. 1-4