Consommation de soins et mortalité des bénéficiaires de la CMU-C dans les départements français d'outre-mer en 2012, et comparaisons avec la France métropolitaine

Publié le 24 Novembre 2015
Mis à jour le 5 juillet 2019

Objectifs : l'état de santé de la population des départements d'outre-mer (DOM) est moins bon que celui de la population métropolitaine. Par ailleurs, le taux de bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), attribuée pour de faibles revenus, est plus important dans les DOM qu'en France hexagonale, alors même que des études ont montré qu'en métropole, ces bénéficiaires ont un moins bon état de santé que le reste de la population. Cette moins bonne santé des bénéficiaires de la CMU-C est-elle aussi une réalité dans les DOM et dans quelle mesure explique-t-elle le moins bon état de santé des habitants comparativement à ceux de France métropolitaine ? Méthodes : le Système national d'information inter-régimes de l'Assurance maladie (Sniiram) a permis de repérer, pour l'année 2012, les pathologies prises en charge à l'aide d'algorithmes, ainsi que la mortalité des assurés du régime général âgés de moins de 60 ans, tranche d'âge éligible à la CMU-C. Des risques relatifs standardisés sur l'âge et le sexe entre bénéficiaires ou non de la CMU-C ont été calculés dans chaque DOM. La part des différences d'état de santé entre DOM et métropole expliquée par le bénéfice d'une CMU-C a été estimée. Résultats : les effectifs étudiés étaient de 244 896 en Guadeloupe, 237 320 en Martinique, 112 423 en Guyane, 571 324 à La Réunion et 36 millions en France métropolitaine. Dans ces DOM, les proportions de bénéficiaires de la CMU-C étaient respectivement de 35%, 35%, 54% et 50% versus 11% en métropole. Dans chaque DOM, les bénéficiaires de la CMU-C présentaient des taux de mortalité plus importants (RR : 1,6 ; 1,9 ; 2,2 ; 1,7 respectivement) et plus fréquemment des pathologies prises en charge repérées dans le Sniiram. Les différences d'état de santé entre DOM et métropole étaient rarement entièrement expliquées par la surreprésentation des bénéficiaires de la CMU-C des DOM. Conclusion : dans chaque DOM, à structure d'âge et sexe comparable, les bénéficiaires de la CMU-C de moins de 60 ans ont un état de santé moins bon que celui du reste de la population, selon les données de consommation de soins. Même si la proportion de bénéficiaires de la CMU-C est plus importante dans les DOM qu'en métropole, cette surreprésentation n'explique pas à elle seule les différences d'état de santé entre les DOM et la métropole.

Auteur : Filipovic Pierucci A, Cuerq A, Samson S, Tala S, Fagot Campagna A, Tuppin P
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2015, n°. 38-39, p. 733-41