Synthèse des résultats des études de l'impact de l'épidémie de COVID-19 sur la santé mentale, les addictions et les troubles du sommeil parmi les actifs occupés

Publié le 19 janvier 2023
Mis à jour le 20 janvier 2023

L'impact négatif de la pandémie de COVID-19 et des modifications des conditions de travail sur les comportements et la santé mentale des travailleurs a été démontré grâce aux données de trois études complémentaires : 1 - L'enquête Coviprev (Santé publique France) déployée en population générale a permis d'étudier l'évolution, tout au long de l'année 2020, d'un certain nombre d'indicateurs de santé des actifs occupés, incluant leur santé mentale, la qualité de leur sommeil et leur satisfaction vis-à-vis de la vie actuelle et future des actifs occupés. Le principal constat est que 30,5 % des actifs occupés ont déclaré des symptômes d'anxiété au début du confinement contre 15,9 % fin juin 2020 et environ un actif sur cinq présentait des symptômes dépressifs en début des deux périodes de confinement. Les troubles du sommeil touchaient environ deux tiers des actifs occupés et étaient plus fréquents chez les femmes que chez les hommes. 2 - L'enquête sur l'évolution des conditions de travail et consommation de substances psychoactives en période d'épidémie (Santé publique France et ses partenaires) déployée auprès des salariés français a permis d'étudier les modifications de la consommation d'alcool et de tabac pendant la période de premier confinement entre mars et mai 2020. Le principal constat est que 30 % des personnes interrogées déclaraient avoir augmenté leur consommation de tabac contre 14 % pour l'alcool. Chez les hommes, l'augmentation de la consommation de tabac pendant le confinement était associée à une augmentation de la charge de travail (ORa = 2,5 ; p < 0,05) alors que pour les femmes, elle était associée à une diminution de la charge de travail habituelle (ORa = 2,7 ; p < 0,01). Pour l'alcool, le fait de déclarer avoir eu une charge de travail moins importante que la charge de travail habituelle était associé à un risque accru d'augmenter sa consommation et ce uniquement pour les femmes (ORa = 2,2 ; p < 0,01). 3 - L'enquête Coset-Covid (Santé publique France) a permis d'évaluer la prévalence de troubles anxio-dépressifs en sortie de confinement en juin 2020 et de comprendre le rôle des changements observés dans la situation professionnelle et des facteurs organisationnels, chez les travailleurs indépendants et chez les travailleurs du monde agricole. Le principal constat est l'augmentation des difficultés de sommeil en particulier pour les travailleurs indépendants et les salariés du monde agricole et des prévalences de symptomatologie d'anxiété (de dépression) variant entre 7 et 22 % (7 et 19 %) en 2020.

Auteur : Lesage Alexandre, Chan Chee Christine, Geoffroy-Perez Béatrice, Marchand Jean-Luc, Le Barbier Mélina, Ménard Céline, Hocine Mounia
Année de publication : 2023
Pages : 22 p.
Collection : Études et enquêtes