Sexual behaviours of homosexual and bisexual men in France: a generational approach

Publié le 11 Mars 2015
Mis à jour le 10 septembre 2019

Objective: in high-income countries, the social and epidemiological contexts surrounding homosexuality and AIDS have changed profoundly in recent decades. This work sought to examine key indicators of the long-term sexual trajectories of successive generations of men who have sex with men (MSM) in France. Methods: we performed a longitudinal analysis of the French Gay Press surveys, which were self-administered socio-behavioural questionnaires, repeated from 1985 to 2011 in the gay press, and on the internet in 2004 and 2011. An age-cohort analysis using graphical representations and multivariate logistic regressions was conducted among participants aged 18-59 (N=38 821). Results: first sexual intercourse occurred more often with a male partner in younger generations than in older ones: 76.0% in MSM who turned 18 in 1956-1959, 75.6% in 1980-1983, 83.7% in 2008-2011, poverall=0.0002). Every generation showed the same pattern of sexual trajectory between 1985 and 2011: globally, the frequency of masturbation increased from the 1985 survey to the early 1990s and then decreased from the late 1990s to the end of the study period. Inversely, the frequency of oral and anal sex decreased in the mid-1980s and increased from 1990 to 2011. The frequency of both oral sex and anal intercourse is currently quite high, regardless of generation (>95% and around 80%, respectively). Compared to their predecessors, recent generations of young MSM reported more frequent oral and anal sex, but fewer male partners in the previous 12 months. Discussion: while the increased frequency of first intercourse with a man over successive generations since the 1970s may be related to reduced social pressure for heterosexuality, there is evidence that sexual norms among MSM are widespread, with practices spreading across age groups and generations. Although AIDS profoundly affected sexual practices in the 1980s, further AIDS-related events (discovery of HIV antiretroviral drugs and their use in prevention) do not appear to have accentuated ongoing trends in sexual practices. Traduction du résumé : Dans les pays à revenu élevé, les contextes sociaux et épidémiologiques entourant l'homosexualité et le sida ont profondément changé au cours des dernières décennies. Ce travail visait à examiner les indicateurs clés des trajectoires sexuelles à long terme des générations successives d'hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes (HSH) en France. Nous avons effectué une analyse longitudinale des enquêtes françaises dans la presse gay, qui consistait en des questionnaires socio-comportementaux auto-administrés publiés dans la presse gay entre 1985 à 2011 et sur l'Internet entre 2004 et 2011. Une analyse par cohorte d'âge a été menée parmi les participants âgés de 18-59 ans (N = 38 821) à l'aide de représentations graphiques et de régressions logistiques multivariées. Chez les plus jeunes HSH, le premier rapport sexuel a eu lieu le plus souvent avec un partenaire masculins par rapport aux HSH plus âgés : 76,0% chez les HSH qui ont eu 18 ans entre 1956-1959, 75,6% en 1980-1983, 83,7% en 2008-2011, total = 0,0002). Chaque génération enregistrait le même modèle de trajectoire sexuelle entre 1985 et 2011: de manière générale, la fréquence de la masturbation a augmenté entre l'enquête de 1985 et le début des années 1990,puis a diminué entre la fin des années 1990 jusqu'à la période d'étude. Inversement, la fréquence des relations sexuelles orales et anales a diminué au milieu des années 1980, puis a augmenté de 1990 à 2011. La fréquence des fellations et des pénétrations anales est actuellement assez élevée, quelle que soit la génération concernée (> 95% et environ 80%, respectivement) . Par rapport à leurs prédécesseurs, les générations récentes de jeunes HSH ont déclaré avoir eu plus de relations sexuelles orales et anales, mais moins de partenaires masculins au cours des 12 mois précédents. Alors que l'augmentation de la fréquence du premier rapport sexuel avec un homme au cours des générations successives depuis les années 1970 peut être liée à la diminution de la pression sociale en faveur de l'hétérosexualité, il est prouvé que les normes sexuelles chez les HSH sont très répandues, et s'accompagnent de pratiques qui se répandent dans tous les groupes d'âge et dans toutes les générations. Bien que le sida ait profondément affecté les pratiques sexuelles dans les années 1980, d'autres événements liés au sida (découverte de médicaments antirétroviraux contre le VIH et leur utilisation dans la prévention) ne semblent pas avoir accentué les tendances en cours dans les pratiques sexuelles. (Traduction effectuée par la Cellule de Valorisation Editoriale - CeVE - de l'InVS)

Auteur : Methy N, Velter A, Semaille C, Bajos N
PloS one, 2015, vol. 10, n°. 3, p. e0123151