Score de qualité nutritionnelle des aliments de la Food Standards Agency appliqué aux consommations alimentaires individuelles des adultes en France

Publié le 7 Juillet 2015
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction : en France, la mise en place d'un système d'information nutritionnelle simplifiée basé sur le score de qualité nutritionnelle élaboré au Royaume-Uni par la Food Standards Agency (FSA) est actuellement en discussion. Notre objectif était de mesurer la pertinence de l'application du score FSA aux comportements alimentaires individuels afin de quantifier les apports en aliments et en nutriments favorables à la santé ou non chez les adultes en France. Méthodes : enquête nationale représentative reposant sur un échantillonnage complexe à trois degrés, l'Étude nationale nutrition santé (ENNS) comportait un recueil de données de consommations alimentaires par trois rappels des 24 heures. Après exclusion des sous-déclarants, les analyses ont porté sur un total de 2 754 adultes (1 014 hommes, 1 740 femmes) âgés de 18 à 74 ans. Le score a été appliqué à l'ensemble des aliments et boissons de l'étude. Un score agrégé au niveau individuel a été calculé en tenant compte de l'énergie apportée par chacun des aliments consommés et de leur score FSA. Les consommations de groupes d'aliments et les apports en nutriments ont été décrits par quartiles de distribution de ce score individuel. Résultats : les sujets du 1er quartile (score FSA global plus favorable) consommaient davantage de fruits et légumes (+300 g/jour pour les hommes et +235 g/jour pour les femmes) et de produits de la pêche (+24 g/jour pour les hommes et +8 g/jour pour les femmes) que ceux du 4e quartile. À l'inverse, ils consommaient moins de produits gras sucrés ou salés (-141 g/jour pour les hommes et -94 g/jour pour les femmes). Ils avaient aussi des apports énergétiques moyens inférieurs (-515 kcal/jour pour les hommes et -306 kcal/jour pour les femmes) et une part des lipides dans l'apport énergétique total (AET) également inférieure (-8% AET pour les deux sexes). Globalement, ils avaient des apports en vitamines et minéraux plus élevés que ceux du 4e quartile. Conclusion : nos analyses, menées sur un échantillon national d'adultes, montrent que le score FSA appliqué aux consommations alimentaires au niveau individuel permet de caractériser la qualité de l'alimentation, en termes de consommations d'aliments et d'apports en nutriments et au regard des recommandations actuelles.

Auteur : Deschamps V, Julia C, Salanave B, Verdot C, Hercberg S, Castetbon K
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2015, n°. 24-25, p. 466-75