Imprégnation de la population française par les organochlorés spécifiques et les chlorophénols. Programme national de biosurveillance, Esteban 2014-2016

Publié le 16 décembre 2021
Mis à jour le 15 décembre 2021

Les organochlorés spéficiques (OCS) et les chlorophénols appartiennent à la famille des organochlorés (OC), définis comme des polluants organiques persistants (POPs). Ils sont lipophiles, bioaccumulables, très stables et résistants dans l'environnement. Les OCS ont été utilisés dans l'agriculture, dans le traitment du bois et dans la lutte contre les maladies vectorielles, à partir des années 1940, puis progressivement interdits entre 1980 et 2009. Les chlorophénols ont également été utilisés en tant que biocides dans le domaine agricole, ainsi que dans des applications industrielles, domestiques et médicales. Le lindane et le pentachlorophénol (PCP) sont cancérogènes pour l'homme (groupe 1) alors que les autres OC le sont probablement (groupe 2A) ou possiblement (groupe 2B). Les OC pourraient également pertuber le système endocrinien et les fonctions reproductives, métaboliques et neurologiques et être en cause dans les retards de développement de l'enfant dès l'âge foetal. Dans le cadre du programme national de biosurveillance, l'étude transversale Esteban (2014-2016) a permis de mesurer dans la population française continentale les niveaux d'imprégnation de 18 biomarqueurs organochlorés spécifiques et de 9 biomarqueurs chlorophénols chez des enfants de 6 à 18 ans (n= 255 pour les OCS et n= 500 pour les chlorophénols) et chez des adultes de 18 à 74 ans (n= 759 pour les OCS et n= 900 pour les chlorophénols). Les analyses ont été effectuées sur des prélèvements sanguins pour les OCS et des prélèvements urinaires pour les chlorophénols. L'étude Esteban est la première étude mesurant, chez les enfants, les niveaux d'imprégnation par les OC en France continentale. Chez les adultes, la comparaison avec l'étude ENNS (2006-2007) a permis de mettre en évidence des niveaux inférieurs dans l'étude Esteban par rapport à l'étude ENNS pour les biomarqueurs étudiés. Chez les enfants et les adultes, les OCS étaient largement quantifiés alors que les chlorophénols étaient très peu quantifiés. Les niveaux d'imprégnation par les OC étaient inférieurs dans notre étude par rapport aux études étrangères réalisées à des dates antérieures (hormis pour le β-HCH). Pour le β-HCH, les niveaux étaient plus élevés dans notre étude que dans les autres études (allemande, canadienne et étasunienne). Six OCS quantifiés à plus de 60% ont fait l'objet d'analyses pour rechercher les déterminants de l'exposition : pp'-DDE, β-HCH, cis-heptachlore epoxyde, oxychlordane, trans-nonachlore et dieldrine. Les niveaux d'imprégnation par les OCS augmentaient avec l'âge et l'indice de masse corporelle. La consommation de produits gras, tels que les oeufs, les poissons, produits de la mer et les matières grasses (huile, beurre, margarine, crème fraîche), ainsi que la consommation de fruits et de légumes toutes provenances semblaient plutôt favoriser l'imprégnation. Les consommations de viande, de laitage (lait, yaourts, fromage) ainsi que celles des aliments provenant du jardin, du propre élevage, ou de l'agriculture biologique semblaient plutôt être associées à une diminution de l'imprégnation. L'exposition par l'air intérieur dans les habitats (faible aération, utilisation de répulsifs corporels et possession de plantes intérieures) semblait être associée à des niveaux d'imprégnation élevés par les OCS. Le fait de posséder une pelouse ou de résider dans un quartier périphérique plutôt qu'en ville, étaient associés à des niveaux d'imprégnation supérieurs par les OCS, en raison d'une probable exposition par des sols contaminés. Enfin les niveaux d'imprégnation étaient plus élevés chez les personnes exposées professionnellement aux poussières (végétales, animales ou sol arable) et exerçant une activité dans l'agriculture, le maraîchage, la vente de fleurs et autres cultures, l'usinage et le traitement du bois, la production ou utilisation de pesticides. En raison des niveaux d'imprégnation encore élevés des pesticides organochlorés (particulièrement pp'-DDE et β-HCH), des expositions multiples à ces substances et de leurs effets sanitaires préocupants, il semble necessaire de protéger au mieux la population.

Auteur : Balestier Anita, Fillol Clémence, Gane Jessica, Oleko Amivi, Saoudi Abdessattar, Zeghnoun Abdelkrim, Chaperon Laura, Spinosi Johan
Année de publication : 2021
Pages : 104 p.
Collection : Études et enquêtes