Changement climatique

Le changement climatique contribue à modifier rapidement et profondément l’environnement. Les impacts sur la santé du changement climatique sont nombreux et variés.

Mis à jour le 1 juillet 2019

Changement climatique : données

Santé publique France étudie l’impact du changement climatique sur les risques sanitaires.

Une augmentation des canicules les plus dangereuses pour la santé en France 

L’étude « Évolutions de l’exposition aux canicules et de la mortalité associée en France métropolitaine entre 1970 et 2013 » a recensé l’ensemble des canicules survenues en métropole dans les 40 dernières années, en utilisant rétrospectivement l’approche du système d’alerte canicule et santé. 
Les résultats soulignent une augmentation nette du nombre de canicules et de la population exposée au fil des décennies. Au niveau national, la taille de la population exposée à au moins une canicule par an a doublé entre la décennie 1974-1983 et la décennie 2004-2013. Avant la mise en œuvre du plan canicule en 2004, on observait en moyenne 18 canicules départementales par an. Depuis 2004, on en observe en moyenne 40 par an.
Près de 32 000 décès en excès sont observés sur l’ensemble des 921 canicules identifiées entre 1974 et 2013, dont la moitié en 2003 qui demeure sans aucun équivalent historique.
Les bilans annuels du système d’alerte canicule et santé permettent de compléter la série pour les années les plus récentes. Les années 2015, 2016, 2017 et 2018 ont été marquées par des canicules conséquentes totalisant près de 4 000 décès en excès.

Changement climatique et canicules. Effet sur la mortalité de 1970 à nos jours.
Infographie – Changement climatique et canicules, effets sur la mortalité de 1970 à nos jours.

Indicateurs en lien avec la chaleur depuis 1974 dans Géodes

Les indicateurs annuels en lien avec la chaleur sont consultables et exportables sur Géodes, l’observatoire cartographique de Santé publique France :

  • degrés cumulés au-dessus des seuils pendant les périodes de canicule ;
  • augmentation de la mortalité observée pendant les périodes de canicule : nombre, proportion et taux de décès en excès.

Tous ces indicateurs sont disponibles par département et par année de 1974 à 2018

Une augmentation attendue du nombre de décès attribuables à la température dans le monde

Le MCC a déjà permis de produire des résultats importants sur les associations entre des variables météorologiques, le climat et la santé. Il a notamment conclu à une augmentation nette du nombre de décès attribuables à la température sous les scénarios de réchauffement les plus forts, augmentation qui serait substantiellement réduite sous des scénarios de réchauffement impliquant des stratégies de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
Pour la France, les résultats concluent qu’on observerait une augmentation de la mortalité liée à la température, qui pourrait représenter jusqu’à 4% de la mortalité totale à l’horizon 2090 sous le scénario le plus pessimistes (RCP8.5.)

Pourcentage de la mortalité attribuable à la chaleur et au froid selon deux scénarios du Giec – exemple dans quelques pays

 

% de la mortalité attribuable à la chaleur selon le scénario et l’horizon temporel 

% de la mortalité attribuable au froid selon le scénario et l’horizon temporel 

 

RCP 2.6 

RCP 8.5 

RCP 2.6 

RCP 8.5 

 

2050-2059 

2090-2099 

2050-2059 

2090-2099 

2050-2059 

2090-2099 

2050-2059 

2090-2099 

France 

1,8% 

1,7% 

3,5% 

7,7% 

7,5% 

7,7% 

6,8% 

5,6% 

Royaume Uni 

0,5% 

0,5% 

1,1% 

2,6% 

6,5% 

6,9% 

5,8% 

4,5% 

Suisse 

1,3% 

1,2% 

2,5% 

6,2% 

5,1% 

5,2% 

4,6% 

3,7% 

Italie 

2,8% 

2,6% 

4,7% 

10,0% 

6,1% 

6,2% 

5,3% 

4,1% 

États-Unis 

0,8% 

0,7% 

1,5% 

3,5% 

4,7% 

4,8% 

4,2% 

3,3% 

Chine 

1,4% 

1,4% 

2,4% 

6,1% 

10% 

10,1% 

8,9% 

7,1% 

Brésil 

1,7% 

1,7% 

3,3% 

8,2% 

2,1% 

2,1% 

1,3% 

0,6% 

A lire aussi

Différence (%) entre la mortalité attribuable à la chaleur en 2090-2099 vs 2010-2019 sous le scénario RCP8.5
Mortalité attribuable à la chaleur en 2090-2099 vs 2010-2019

Ces études s’appuient sur des modèles climatiques et épidémiologiques assorties de nombreuses hypothèses et incertitudes. Il faut considérer les résultats comme des ordres de grandeurs et des indications des évolutions attendues compte-tenu des connaissances actuelles. Les principaux enseignements sont qu’à l’horizon 2050 :

  • Il faut se préparer un risque de mortalité plus important lié à la chaleur, et un risque presque identique à aujourd’hui concernant le froid
  • On peut s’attendre à ce que les vagues de chaleur représente un poids de plus en plus important dans la mortalité totale attribuable à la chaleur, ce qui pose des enjeux spécifiques de gestion (pic de surmortalité possible sur une période très courte, comme en 2003).
  • Il est possible que des vagues de froid moins fréquentes, et donc plus inhabituelles pour la population, aient un impact plus important qu’aujourd’hui.
  • Les impacts attendus seront a priori bien plus faibles sous un réchauffement limité, la différence est déjà importante entre un réchauffement global de +1,5°C vs +2°C
A lire aussi

Comment mieux appréhender les impacts sanitaires du changement climatique : l'intérêt des collaborations multicentriques internationale...

Télécharger

Un nombre de décès pour causes cardiovasculaires attribuables aux particules fines plus élevé attendu dans le monde

Le projet ACHIA s’est intéressé aux évolutions de PM2.5 et de l’ozone qui découleraient de l’application des scénarios de réduction des émissions de gaz à effet de serre utilisés par le Giec. Les effets de ces polluants sur la mortalité cardiovasculaire et respiratoire ont ensuite été estimés en 2030 et 2050 pour un scénario d’émissions croissantes (RCP8.5) et pour un scénario de réduction des émissions (RCP2.6).

Aujourd’hui, plus de 2,3 milliards de personnes dans le monde sont exposées à des niveaux de particules fines (PM2.5) supérieurs à ceux recommandés par l’Organisation Mondiale de la Santé (10µg/m3).  Dans le scénario où chaque pays appliquerait la réglementation actuelle sur les émissions, en 2030 plus de 2,8 milliards de personnes resteraient exposées à ces niveaux trop élevés. En Inde, par exemple, le nombre de personnes concernées passerait de plus de 640 millions en 2010 à plus de 1 milliard en 2030.

Dans ce scénario, en 2030, le nombre de décès pour causes cardiovasculaires attribuables aux particules fines serait plus élevé qu’aujourd’hui, avec 6 800 décès additionnels par an dans le monde. La majorité de ces décès se produiraient en Asie.

Le scénario traduisant l’implémentation de l’ensemble des technologies de dépollution disponibles conduirait à une baisse de la mortalité. L’Asie est la région qui en bénéficierait le plus ; les concentrations de PM2.5 pourraient y être divisées par 4. Ce scénario conduirait également à une amélioration de la qualité de l’air en Amérique du Sud et en Amérique du Nord. Par contre, il aurait très peu d’influence sur la qualité de l’air en Afrique.

Évolution des concentrations annuelles de particules fines (PM2.5) en 2030 par rapport à 2010, estimée selon le scénario de mise en œuvre des réglementations actuelles
Carte - évolution des concentrations annuelles de particules fines en 2030 vs 2010

En Europe, une amélioration de la qualité de l’air et de la santé est attendue pour les deux scénarios.

En 2010, plus de 250 millions d’européens étaient exposés à des niveaux de particules supérieurs à la valeur recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé. Ce nombre pourrait être diminué de moitié en 2030 si la réglementation actuelle est respectée. Ainsi, dès 2030, 109 000 décès pour causes cardiovasculaires pourraient être évités chaque année.

Évolution des décès associée aux évolutions des particules et de l’ozone en Europe en 2030 par rapport à 2010 (pour 100 000 habitants)
Evolution des décès liés aux particules fines et à l’ozone en Europe, 2030 vs 2010

Si les pays mettaient en place toutes les mesures techniques disponibles pour améliorer la qualité de l’air, le bénéfice serait deux fois plus important.

Les bénéfices les plus élevés sont attendus en Europe de l’Est pour les PM2.5, et en Europe du Sud pour l’ozone.

Dans un contexte de changement climatique, il est donc crucial que les politiques de réductions des émissions de polluants de l’air et de gaz à effet de serre soient coordonnées. Ceci permettra d’être plus efficace dans l’amélioration de la qualité de l’air à court-terme tout en limitant les effets négatifs du changement climatique à plus long-terme.

Le projet AC-HIA rapporte que si tous les pays du monde mettaient en œuvre l’ensemble des technologies de réduction des émissions connues à ce jour par exemple dans le domaine des transports, du chauffage, de l’industrie, etc. 1,5 millions de décès prématurés pour causes cardiovasculaires pourraient être évités chaque année.

En 2010, plus de 250 millions d’européens étaient exposés à des niveaux de particules supérieures à la valeur recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé élevés. Ce nombre pourrait être diminué de moitié en 2030 si la réglementation actuelle est respectée. Ainsi, dès 2030, 109 000 décès pour causes cardiovasculaires pourraient être retardés chaque année.

En Ile-de-France, en 2050, le scénario le plus ambitieux pourrait « retarder » plus de 2 800 décès chaque année. Par rapport à 2010, cela représenterait une baisse de la mortalité cardiovasculaire de près de 20 %.