Surveillance sanitaire de la mortalité. Point hebdomadaire du 10 mars 2015.

Publié le 11 Mars 2015
Mis à jour le 10 mai 2019

Synthèse

Après une hausse marquée de la mortalité enregistrée par les bureaux d'état-civil participant à la surveillance (70 % de la mortalité nationale) jusqu'à atteindre un pic en semaine 7, on observe un léger recul du nombre de décès sur les semaines 8 et 9 (du 16 février au 1er mars). La diminution de la mortalité s'observe chez les personnes âgées de 65 ans ou plus et dans les régions du nord de la France.Les premiers excès de mortalité ont été observés dès les deux premières semaines de janvier et avant le début de l'épidémie de grippe (S3). Sur les 9 premières semaines de l'année 2015, la mortalité hivernale est supérieure de 18 % à la mortalité attendue calculée à partir des 8 années précédentes, soit un excès estimé à 12 300 décès (dont 10 200 décès depuis le début de l'épidémie de grippe). La contribution de la grippe dans l'excès de mortalité est connue pour être importante chez les sujets âgés sans qu'il soit possible de préciser sa part dans l'excès constaté cette saison. Ces premières estimations sont à prendre avec prudence, l'épisode n'étant pas terminé et les données non consolidées du fait des délais habituels de transmission.En Europe, une élévation de la mortalité toutes causes chez les personnes de 65 ans ou plus a également été observée dans 10 des 16 pays ou régions participant au système européen de surveillance de la mortalité (www.EuroMomo.eu). Depuis la semaine 7, la mortalité semble avoir amorcé une baisse dans la majorité des pays qui ont été concernés. A l'échelle de l'Europe, l'excès de mortalité toutes causes confondues est très important et estimé à 80 000 personnes tous âges confondus.Après une diminution du nombre de décès certifiés par voie électronique enregistrée en semaine 9, une stabilisation est notée en semaine 10 (du 2 au 8 mars).

Année de publication : 11/03/2015