Tuberculose

La tuberculose est une maladie contagieuse, essentiellement pulmonaire. Elle se transmet par voie aérienne. La vaccination BCG chez l’enfant protège surtout contre les formes graves de la maladie.

 

Mis à jour le 3 décembre 2019

La tuberculose : la maladie

La tuberculose, une infection principalement pulmonaire

La tuberculose est une maladie due à un bacille (mycobactérie du complexe tuberculosis) qui atteint le plus souvent les poumons (tuberculose pulmonaire) mais qui peut également parfois atteindre d’autres organes (tuberculose extrapulmonaire).

Après avoir été exposées au bacille de la tuberculose, 10 % des personnes vont secondairement développer la maladie, dont une grande partie dans les premières années suivant l'infection. Il y a donc une distinction entre l’infection tuberculeuse dite latente (ITL), qui ne présente pas de signes cliniques et n’est pas contagieuse, et la maladie tuberculeuse qui se manifeste par des symptômes.
Le risque de développer une tuberculose maladie à la suite d’une infection tuberculeuse est plus important chez les enfants et les personnes immunodéprimées.

Les chiffres-clés de la tuberculose
infographie concernant la tuberculose

La tuberculose, une infection contagieuse

La tuberculose est une maladie transmissible par voie aérienne, par dispersion de gouttelettes de secrétions bronchiques, à partir d'un malade contagieux, particulièrement lorsqu’il tousse. Seules les formes de la maladie affectant l’appareil respiratoire peuvent être contagieuses. Parmi celles-ci, les formes les plus contagieuses sont celles où des bacilles tuberculeux sont retrouvés dans les expectorations par un examen microscopique direct.

La lutte antituberculeuse

L’identification rapide des cas de tuberculose maladie que ce soit dans le cadre d’une recherche active de cas (investigation autour de cas de tuberculose ou dépistage ciblé) ou dans le cadre d’un recours spontané aux soins, et leur prise en charge appropriée, restent les éléments les plus importants de la lutte antituberculeuse. Ils permettent de limiter la transmission de l’infection dans la communauté tout en prévenant le développement de la résistance aux médicaments antituberculeux.

Les autres éléments de la lutte antituberculeuse comprennent :

  • le traitement des infections tuberculeuses latentes identifiées chez les enfants, d’une part, et les adultes les plus à risque de développer la maladie, d’autre part ;
  • la vaccination par le BCG des enfants les plus à risque de développer une tuberculose.

La vaccination par le BCG (Bacille de Calmette et Guérin) protège surtout contre les formes graves de la tuberculose chez l’enfant (méningites et miliaires tuberculeuses).

Une contamination pas toujours symptomatique

L’infection par le bacille tuberculeux n’est pas nécessairement symptomatique d’emblée. C’est lorsque l’infection évolue vers la tuberculose maladie que les symptômes apparaissent, et ces signes varient en fonction de la localisation de la maladie. Les principaux signes permettant d’évoquer une tuberculose pulmonaire sont :

  • une toux persistante ;
  • une fièvre persistante et des sueurs nocturnes ;
  • des émissions de sang lors de la toux ;
  • une perte de poids ;
  • une asthénie persistante.

Dans le cas de tuberculose extrapulmonaire, les signes varient selon la localisation de la maladie.

Une suspicion de tuberculose est évoquée devant des signes cliniques à l’examen médical et des signes radiologiques variant selon la localisation de la maladie.
La confirmation de la maladie est réalisée par des examens bactériologiques (examen microscopique, culture et détection d'acide nucléique du complexe mycobactérium tuberculosis à l'analyse par PCR).

Une prise en charge au long cours

La prise en charge d’un malade atteint de tuberculose consiste à le traiter avec un traitement associant plusieurs antibiotiques sur une durée prolongée qui est habituellement de 6 mois. La prise régulière et effective du traitement pendant toute sa durée est essentielle, car elle permet de guérir le malade, limiter la période pendant laquelle le malade est contagieux mais également de prévenir le développement de résistances aux antibiotiques. En cas de tuberculose multirésistante (résistance à l’isoniazide et à la rifampicine), le traitement est plus prolongé, d’environ 18 à 24 mois.