asthme
Asthme

L’asthme est une maladie respiratoire chronique qui se manifeste par des crises qui sont des épisodes de gêne respiratoire (dyspnée). L’asthme a un fort impact sur la qualité de vie des patients. 

 

Mis à jour le 28 juin 2019

Asthme : données 

Le dispositif de surveillance épidémiologique de l’asthme mis en place par Santé publique France permet de décrire les populations touchées par cette maladie et d’étudier les tendances au cours du temps et les disparités régionales de cette maladie. 

La prévalence de l’asthme en France 

Une augmentation de la prévalence de l’asthme chez les enfants 

L’enquête nationale de santé en milieu scolaire est effectuée alternativement dans 3 niveaux scolaires : CM2, troisième et grande section de maternelle. Depuis 2012, elle est conduite tous les deux ans (soit tous les 6 ans pour chaque niveau scolaire enquêté). Les résultats sont présentés par niveau scolaire. Quelle que soit la vague d’enquête, la prévalence des sifflements dans les douze derniers mois est d’environ 10 % et la prévalence de l’asthme vie entière varie de 10 % à 16 % selon le niveau scolaire. 

Prévalence de l’asthme et des symptômes évocateurs d’asthme chez les élèves de grande section de maternelle, enquête nationale de santé en milieu scolaire 2005-2006 et 2012-2013, France métropolitaine et DOM

 

Enquête 2005-2006  

Enquête 2012-2013 

Symptômes au cours des 12 derniers mois (%) 

Sifflements 
Sifflements à l’effort 
Toux sèche nocturne 

10,7 
2,8 
12,6 

11,8 
3,2 
14,7 

Asthme (%) 

Asthme vie 
Traitement au cours des 12 derniers moisa 

9,8 
9,9 

11,0 
11,0 

a Traitement pour crise de sifflements ou d’asthme dans les 12 derniers mois.
Prévalence de l’asthme et des symptômes évocateurs d’asthme chez les élèves de classe de CM2, enquêtes nationales de santé en milieu scolaire 2004-2005 et 2007-2008, France métropolitaine et DOM

 

Enquête 2004-2005  

Enquête 2007-2008 

Symptômes au cours des 12 derniers mois (%) 

Sifflements 
Sifflements à l’effort 
Toux sèche nocturne 

8,5 
9,9 
14,8 

10,1 
10,8 
16,5 

Asthme (%) 

Asthme vie 
Traitement au cours  
des 12 derniers moisa 
Asthme actuelb 

12,3 
8,0 
 
8,7 

14,4 
9,0 
 
9,7 

a Traitement pour crise de sifflements ou d’asthme dans les 12 derniers mois. b Sifflements dans les 12 derniers mois chez un enfant ayant déjà eu des crises d’asthme ou traitement pour crise de sifflements ou d’asthme au cours des 12 derniers mois.
Prévalence de l’asthme et des symptômes évocateurs d’asthme chez les élèves de classe de troisième, enquête nationale de santé en milieu scolaire 2003-2004 et 2008-2009, France métropolitaine et DOM

 

Enquête 2003-2004  

Enquête 2008-2009 

Symptômes au cours des 12 derniers mois (%) 

Sifflements 
Sifflements à l’effort 
Toux sèche nocturne 

10,1 
10,0 
10,5 

10,5 
11,4 
14,3 

Asthme (%) 

Asthme vie 
Traitement au cours  
des 12 derniers moisa 
Asthme actuelb 

13,4 
7,7 
 
8,6 

15,7 
8,6 
 
9,7 

a Traitement pour crise de sifflements ou d’asthme dans les 12 derniers mois. b Sifflements dans les 12 derniers mois chez un enfant ayant déjà eu des crises d’asthme ou traitement pour crise de sifflements ou d’asthme au cours des 12 derniers mois.

Prévalence de l’asthme chez l’adulte 

Dans l’enquête décennale santé 2003, 4,4 % des personnes âgées d’au moins 15 ans ont déclaré avoir eu une crise d’asthme au cours des 12 derniers mois et 4,6 % ont déclaré prendre actuellement un traitement pour l’asthme, soit une prévalence de l’asthme actuel de 6,0 % (crise d’asthme dans les douze derniers mois ou traitement actuel pour asthme). La prévalence des sifflements au cours des douze derniers mois était de 12,0 %. 

Prévalence de l’asthme et des symptômes évocateurs d’asthme chez l’adulte ; enquête décennale santé 2003 (20 649 adultes âgés de 15 ans ou plus, France métropolitaine)

 

Enquête décennale 2003 

Symptômes au cours des 12 derniers mois (%) 

Sifflements 
Sifflements avec essoufflement 
Sifflements en dehors du rhume 
Réveils avec gêne respiratoire 
Réveils par crise d’essoufflement 
Réveils par quinte de toux 

12,0  
8,0  
6,5  
14,3  
4,5  
24,2  

Asthme (%) 

Crise d’asthme au cours des 12 derniers mois 
Traitement actuel pour asthme 
Asthme actuela 

4,4   
4,6   
6,0   

a Crise d’asthme dans les 12 derniers mois ou traitement actuel pour asthme.

En utilisant une définition plus large de l’asthme actuel (crise d’asthme ou symptômes d’asthme dans les 12 derniers mois, mais aussi asthme déclaré en réponse à une question plus générale sur les maladies ou problèmes de santé actuels), l’enquête santé et protection sociale effectuée en 1998 estimait la prévalence de l’asthme en France métropolitaine, tous âges confondus, à 5,8 %, soit environ 3,5 millions de personnes dont la moitié souffraient d’asthme persistant1. Lors de la vague d’enquête de 2006, avec un questionnaire légèrement différent de celui utilisé en 1998, la prévalence de l’asthme actuel était estimée à 6,7 % ²

1 Com-Ruelle L, Crestin B, Dumesnil S. L'asthme en France selon les stades de sévérité. No. 1290. Paris : Credes, 2000. Disponible sur : http://www.irdes.fr/ 

2  Afrite A, Allonier C, Com-Ruelle L, Le Guen N. L'asthme en France en 2006 : prévalence et contrôle des symptômes. Questions d'économie de la santé Irdes n° 138. 2008. Disponible sur : http://www.irdes.fr/ 

Asthme en lien avec le travail 

Une incidence de l’asthme professionnel plus élevée dans les industries agricoles et alimentaires 

Selon les données de l’ONAP II, l’incidence de l’asthme professionnel la plus élevée était observée dans le secteur primaire (100,4/1000000 personnes-années), suivi par le secteur secondaire (48,9/1000000 personnes-années) et le secteur tertiaire (22,7/1 000 000 personnes-années). Au sein de ces grands secteurs d’activité, les taux d’incidence de l’asthme professionnel variaient de 10,7/1 000 000 pour les autres services (hôtels, transports, communications, finance) à 254,6/1 000 000 dans le secteur des industries agricoles et alimentaires. 

La farine était l’agent étiologique le plus fréquent (19%). Dans près de 60% des cas, une exposition à des produits chimiques, notamment à des ammoniums quaternaires et autres produits de nettoyage, a été trouvé. 

Fréquence de l’asthme chez les artisans et commerçants 

Chez les artisans et commerçants, les estimations du risque d’asthme par secteur d’activité ont mis en évidence un risque augmenté : 

  • chez les hommes et chez les femmes exerçant dans la boulangerie-pâtisserie ou dans le transport de voyageurs par taxi. Un risque augmenté a été observé
  • chez les hommes exerçant dans le secteur des ambulances et celui des manèges forains et parcs d’attraction et
  • chez les femmes, dans les écoles de conduite. 

Un itinéraire professionnel davantage interrompu chez les femmes asthmatiques 

Les femmes asthmatiques ont eu un itinéraire professionnel avec plus d’interruptions que les femmes non asthmatiques. Le devenir socio-économique des femmes asthmatiques est plus défavorable que celui des non asthmatiques.  

Les hospitalisations pour asthme 

Méthodes 

Les données du PMSI sont analysées régulièrement. Cette analyse porte sur : 

  • les séjours pour asthme [séjours codés J45 (asthme) ou J46 (asthme aigu grave) en diagnostic principal selon la 10e révision de la classification internationale des maladies (CIM-10)] ; 
  • les séjours pour insuffisance respiratoire aiguë associée à un asthme [séjours codés J960 (insuffisance respiratoire aiguë) en diagnostic principal et comportant un code d’asthme (J45 ou J46) en diagnostic associé]. 

L’analyse des tendances temporelles des hospitalisations pour asthme prend en compte l’évolution de la structure par âge et sexe de la population par le calcul de taux annuels d’hospitalisation standardisés. 

Des hospitalisations majoritairement chez les enfants  

En France (hors Mayotte) en 2015, 62 782 séjours hospitaliers pour asthme ont été enregistrés, soit un taux brut d’hospitalisation pour asthme de 9,5 pour 10 000 habitants. Plus des deux tiers des séjours concernaient des enfants âgés de moins de 15 ans. Chez les enfants, le taux brut d’hospitalisation était de 33,1 pour 10 000 (41,8 /10 000 chez les garçons et 24,0 /10 000 chez les filles).  

Nombre et taux bruts d’hospitalisation pour asthme, France, 2015

Nombre et taux bruts d’hospitalisation pour asthme, France, 2015 

 

Hommes 

Femmes 

Age 

Nombre de séjours 

Taux/10 0000 

Nombre de séjours 

Taux/10 0000 

0-1 an 

8 734 

110,9 

4 284 

56,9 

2-4 ans 

9 965 

81,2 

5 666 

48,2 

5-9 ans 

5 249 

24,7 

2 971 

14,6 

10-14 ans 

2 226 

10,5 

1 452 

7,2 

15-19 ans 

733 

3,6 

1 195 

6,1 

20-34 ans 

1 561 

2,7 

2 748 

4,6 

35-49 ans 

1 655 

2,6 

2 836 

4,3 

50-64 ans 

1 733 

2,8 

3 297 

5,0 

65 ans ou plus 

1 813 

3,4 

4 664 

6,6 

Tous âges 

33 669 

10,5 

29 113 

8,5 

Une augmentation des hospitalisations chez les enfants depuis 2004 

Chez l'adulte, le taux annuel d’hospitalisation pour asthme, standardisé sur l’âge et le sexe, a fortement diminué au début des années 2000. La diminution est moins marquée depuis 2004 (-2,0 % par an en moyenne chez les hommes, -1,04 % par an chez les femmes). Chez l’enfant (âge <15 ans), on observe une très nette augmentation depuis 2004 chez les garçons (+ 3,0 % par an) comme chez les filles (+ 2,7 % par an). 

Taux standardisés d’hospitalisation pour asthme, adultes (≥15 ans), France, 2000-2015

Taux standardisés d’hospitalisation pour asthme, enfants (<15 ans), France, 2000-2015

Des disparités territoriales 

L’Ile-de-France, la Guadeloupe, la Martinique et La Réunion étaient les régions les plus touchées par les hospitalisations pour asthme. En revanche, la Guyane, la Corse, l’Auvergne-Rhône-Alpes et les Pays de Loire étaient les régions les moins touchées. 

Variations régionales des hospitalisations pour asthme, écart du taux moyen régional standardisé par rapport au taux moyen national, 2014-2015

Des hospitalisations pour insuffisance respiratoire aiguë associée à un asthme 

En 2015, les taux annuels d’hospitalisation pour insuffisance respiratoire aiguë associée à un asthme étaient de 0,9/10 000 enfants et de 0,3/10 000 adultes. La prise en compte de ces séjours dans les analyses des tendances entre 2000 et 2015 des taux d’hospitalisation pour asthme ne modifie pas les résultats. 

Les réadmissions pour asthme, un indicateur pertinent pour la surveillance de l’asthme 

Une première analyse, effectuée à partir des données du PMSI 2002-2003 et 2004-2005, a montré que les réadmissions pour asthme constituent un indicateur pertinent pour la surveillance de l’asthme, notamment de sa prise en charge. 

Une analyse plus récente, portant sur les hospitalisations pour asthme de l’enfant, a été effectuée. Entre 2002 et 2010, la proportion d’enfants réadmis pour asthme au cours de la même année a augmenté chez les enfants âgés de moins de 5 ans. 

Une étude sur les enfants hospitalisés pour asthme aigu 

Une étude a été menée pendant un an (novembre 2006 – novembre 2007) dans 14 services hospitaliers auprès d’enfants âgés de 3 ans ou plus, dans l’objectif de décrire les hospitalisations pour asthme aigu de l’enfant. Des données sur 727 hospitalisations ont été recueillies : histoire de la maladie asthmatique, sa sévérité, le traitement habituel, le contrôle de l’asthme dans le mois précédant l’hospitalisation et la sévérité de l’exacerbation ayant motivé l’hospitalisation. 

Cette étude montre qu’un quart des hospitalisations pour asthme aigu de l’enfant sont liées à des crises inaugurales. Chez les asthmatiques connus, le traitement de l’asthme est insuffisant, ce qui suggère que des hospitalisations pourraient être évitées par une amélioration de la prise en charge globale de l’asthme. Cependant, toutes les hospitalisations ne sont pas expliquées par un mauvais contrôle préalable de l’asthme et d’autres facteurs de risque d’hospitalisation sont à rechercher. 

La mortalité par asthme 

Méthodes 

Les données présentées portent sur les décès survenus entre 2000 et 2014 en France (hors Mayotte) et pour lesquelles l’asthme est mentionné en cause principale du décès, codes J45 ou J46 de la 10e révision de la classification internationale des maladies (CIM-10). 

L’analyse des tendances au cours du temps de la mortalité prend en compte l’évolution de la structure par âge de la population par le calcul de taux standardisés. 

En 2014, 851 décès par asthme sont survenus en France, soit un taux brut de mortalité par asthme de 1,3/100 000 habitants.  

Mortalité par asthme, nombres et taux bruts de décès, France (hors Mayotte), 2014

 

Hommes 

Femmes 

Age 

Nombre 

Taux /100 000 

Nombre 

Taux /100 000 

0-14 ans 

6 

0,1 

4 

0,1 

15-24 ans 

7 

0,2 

4 

0,1 

25-44 ans 

18 

0,2 

16 

0,2 

45-64 ans 

67 

0,8 

60 

0,7 

65-84 ans 

99 

2,2 

194 

3,5 

85 ans ou plus 

84 

14,2 

292 

21,9 

Tous âges 

281 

0,9 

570 

1,7 

Une diminution de la mortalité par asthme 

Entre 2000 et 2014, les taux de mortalité par asthme ont diminué chez les hommes et chez les femmes. Chez les enfants et adultes de moins de 45 ans, ils ont diminué au début des années 2000. 

Taux standardisés de mortalité par asthme, tous âges, France (hors Mayotte), 2000-2014

Taux annuels standardisés de mortalité par asthme, enfants et adultes < 45 ans, France, 2000-2014

Mortalité liée à l’asthme 

L’analyse de la mortalité liée à l’asthme consiste à prendre en compte l’ensemble des décès pour lesquels l’asthme est mentionné, que ce soit en cause principale ou en causes multiples. 

Une analyse de la mortalité liée à l’asthme a été conduite à partir des données de mortalité 2000-2005. Cette analyse montre que la diminution de la mortalité par asthme (asthme en cause principale du décès) est plus marquée que celle de la mortalité liée à l’asthme, ce qui est en faveur d’une réelle réduction de la mortalité attribuable à l’asthme. 

Les recours en urgence pour asthme (SOS-medecins et services des urgences) 

Méthodes 

En 2004, un réseau national de surveillance basé sur les services d’urgence, le réseau OSCOUR® (Organisation de la surveillance coordonnée des urgences), a été mis en place. Ce réseau repose sur la participation des services d’urgence informatisés qui transmettent quotidiennement à Santé publique France des données sous un format standardisé, appelé résumé de passage aux urgences. 

Les données du réseau OSCOUR® ne permettent pas de calculer des taux de recours aux services d’urgence pour asthme. Elles permettent toutefois de documenter les importantes variations saisonnières des exacerbations de l’asthme. 

Chiffres-clés 

Les données concernant les passages pour asthme dans les services d’urgence d’Île-de-France qui participaient à ce réseau en 2006 et 2007 montrent, chez l’enfant, une recrudescence des passages pour asthme en septembre. 

Nombre quotidien lissé (moyenne mobile centrée sur sept jours) de passages pour asthme chez les enfants âgés de 2-14 ans, 10 services des urgences d’Île-de-France, 2006-2007

Ce phénomène qui touche les enfants en âge scolaire serait lié à la recrudescence des épisodes d’infections virales respiratoires lors de la reprise de la vie en collectivité après les vacances scolaires d’été.

Publications