Autres données épidémiologiques

Mis à jour le 20 mai 2019

Prévalence 

La prévalence des marqueurs de l'infection par le VHB est au mieux estimée par les enquêtes en population générale. En 2004, une enquête nationale de prévalence de l'infection due au virus de l'hépatite B (VHB) a été conduite en population adulte de France métropolitaine. Cette enquête a permis d'estimer la prévalence de l'antigène HBs à 0,65 % (IC95% : 0,45-0,93), ce qui correspondait à 280 821 personnes (IC95% : 179 730-381 913) porteuses chroniques de l'antigène HBs. Parmi ces personnes, 45 % (IC95% : 23-69) se savaient positives vis-à-vis de l'antigène HBs. La prévalence des anticorps anti-HBc était de 7,3 % (IC95% : 6,5-8,2), indiquant que 3,1 millions de personnes (IC95% : 2,8-3,5) avaient eu un contact antérieur avec le VHB. Les facteurs trouvés significativement associés à la positivité des anticorps anti-HBc étaient : l'usage de drogues par voie intraveineuse, l'homosexualité, la précarité, un niveau d'éducation inférieur au baccalauréat, un séjour d'au moins trois mois en institutions, un pays de naissance où la prévalence de l'antigène HBs est supérieure à 2 %, un lieu de résidence situé dans le quart Nord-Est, Sud-Est ou l'Ile-de-France, le fait d'être un homme et d'être âgé de plus de 29 ans.Une analyse des données du Programme de médicalisation des systèmes d'information en médecine, chirurgie, obstétrique et hospitalisation à domicile (PMSI MCO - HAD) a calculé la prévalence hospitalière de l'hépatite B sur la période 2004-2011.

Prise en charge : données sur les Affections de longue durée 

Les personnes ayant une infection chronique par les virus des hépatites B et C, peuvent, sous certaines, conditions, bénéficier du dispositif des Affections de longue durée (ALD) des régimes d'Assurance maladie au titre de l'ALD6 (Maladies chroniques actives du foie et cirrhoses). Ce dispositif permet, sur demande du médecin traitant et dans le cadre d'un protocole de soins, l'exonération du ticket modérateur pour les actes et prestations nécessités par le traitement de l'affection.

Relèvent d'une exonération du ticket modérateur, les hépatites chroniques virales B présentant une positivité de l'Ag HBs et :

  • des signes de réplication virale active : ADN VHB> 2 000 UI/ ml ou une élévation même occasionnelle de l'activité des transaminases ,
  • la nécessité d'un traitement antiviral ou d'un suivi prolongé.

L'exonération est accordée pour une durée initiale de deux ans, renouvelable si le patient reçoit un traitement antiviral. L'apparition de séquelles graves, dont le lien de causalité avec le traitement est établi conduit à la reprise de l'exonération du ticket modérateur. (HAS, Actes et prestations de l'affection de longue durée n°6, hépatite chronique B, mai 2016)

Les analyses portant sur le nombre de personnes bénéficiant de l'ALD 6 pour une hépatite chronique B (codes B180, B181) au 31 décembre d'une année donnée sont réalisées à partir des données individuelles du SNIIRAM SNDS. Les données 2016 portent sur tous les régimes et pour la France entière. Les données permettant des comparaisons historiques (années 2010 à 2016) concernent les régimes suivants : régime général, BDF (Caisse de prévoyance maladie de la Banque de France et caisse de réserve des employés de la Banque de France), CAMIEG (Caisse d'assurance maladie des industries électriques et gazières), CAVIMAC (Caisse d'assurance vieillesse invalidité et maladie des cultes), CNMSS (Caisse Nationale Militaire de Sécurité Sociale), CRPCEN (Caisse de retraite et de prévoyance des clercs et employés de notaires), sections locales mutualistes pour la France entière.

Selon les données du SNIIRAM SNDS couvrant l'ensemble des régimes en France entière, le nombre de personnes en ALD 6 pour une hépatite chronique B est de 27 328 personnes en 2016. Les données historiques disponibles (données régime général, sections locales mutualistes, BDF, CAMIEG, CNMSS, CRPCEN) montrent une augmentation annuelle comprise entre 3,7% et 10,6% depuis 2012.

En 2016, 66,7% des personnes en ALD pour hépatite chronique B étaient des hommes.

Les classes d'âges les plus représentées étaient, pour les hommes, les 40-49 ans (25,2%) et les 50-59 ans (23,0%). Pour les femmes, il s'agissait des 40-49 ans (24,8%) puis les 50-59 ans (21,7%) (Figure 1).

Rapporté à la population, le nombre de personnes en ALD pour hépatite chronique B est de 41/100 000 habitants en France, de 40/100 000 habitants en France métropolitaine et de 52/100 000 habitants dans les DROM (incluant Saint-Martin et Saint Barthelemy).

Figure 1 - Distribution par sexe et classe d'âge des personnes en ALD pour hépatite chronique B au 31 décembre 2016, France entière (SNIIRAM SNDS, tous régimes)

alternative text
Source : SNIIRAM SNDS, tous régimes, France entière (Extraction avril 2018). Exploitation : Santé publique France

Figure 2 - Nombre de personnes en affection longue durée au 31 décembre 2016 pour une hépatite chronique, pour Hépatite chronique C et hépatite chronique B, régime général, Sections locales mutualiste, BDF, CAMIEG, CAVIMAC, CNMSS, CRPCEN, RG, SLM France entière

alternative text
Sources : SNIIRAM SNDS,  Régimes : régime général, Sections locales mutualiste, BDF, CAMIEG, CAVIMAC, CNMSS, CRPCEN, RG, SLM, France entière (Extraction avril 2018). Exploitation : Santé publique France
Les codes CIM10 utilisés sont :
- Hépatite chronique C : B182
- Hépatite chronique B : B180, B181
- Total hépatite chronique : B18, B180, B181, B182, B188, B189

Les données par région sont présentées dans la rubrique " indicateurs régionaux de surveillance de l'hépatite B ".

Mortalité 

Une enquête nationale sur la mortalité liée aux hépatites B et C, réalisée en 2004-2005 auprès des médecins certificateurs a permis d'estimer que 1507 décès (IC 95% : 640-2373) étaient associés au VHB (Ag HBs trouvé positif), correspondant à un taux de mortalité de 2,6 pour 100 000 (IC 95% : 1,4-4,5), parmi lesquels 1327 (88%) ont été expertisés imputables au VHB, soit un taux de mortalité correspondant à 2,2 pour 100 000 (IC 95% : 0,8-3,7). Le taux de décès est 2,5 fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes, avec un âge moyen au décès de 65 ans. Le stade de la maladie au moment du décès est au moins une cirrhose dans 93% des cas et un carcinome hépatocellulaire sur cirrhose dans 35% des cas.

Une analyse des données du Programme de médicalisation des systèmes d'information en médecine, chirurgie, obstétrique et hospitalisation à domicile (PMSI MCO - HAD) du PMSI MCO et HAD a permis d'estimer la mortalité intra-hospitalière associée aux hépatites B et C sur la période 2004-2011.

Couverture Vaccinale

Les données les plus récentes sur la mesure de la couverture vaccinale sont disponibles dans le dossier couverture vaccinale.

Synthèse des données de surveillance du dépistage et du diagnostic des hépatites B et C, et couverture vaccinale contre l'hépatite B

14 bulletins régionaux ont été publiés en 2017 (Hauts-de-France, Ile-de-France, Normandie, Bretagne, Pays de la Loire, Centre/Val-de-Loire, Grand Est, Bourgogne/Franche-Comté, Auvergne/Rhône-Alpes, Nouvelle Aquitaine, Paca-Corse, Occitanie, Réunion-Mayotte, Antilles-Guyane)