Prévalence du diabète traité pharmacologiquement et disparités territoriales en France en 2012. N° thématique. Journée mondiale du diabète, 14 novembre 2014

Publié le 12 Novembre 2014
Mis à jour le 5 juillet 2019

Objectif : actualiser les données de prévalence du diabète traité pharmacologiquement en France (hors Mayotte) en 2012, et décrire les disparités territoriales. Méthodes : les personnes diabétiques traitées, tous régimes d'assurance maladie confondus, sont identifiées dans le Système national d'information inter-régimes de l'Assurance maladie (Sniiram) par la délivrance d'antidiabétiques oraux ou d'insuline à au moins trois dates différentes au cours de l'année (deux si au moins un grand conditionnement est délivré). L'analyse de la prévalence du diabète par département/région de résidence et dans cinq zones définies à partir des quintiles d'un indice de désavantage social calculé au niveau communal (Q1 - quintile le moins défavorisé à Q5 - quintile le plus défavorisé) permet d'appréhender les disparités territoriales. Résultats : la prévalence du diabète traité pharmacologiquement atteignait 4,6% en 2012. Sur la période 2010-2012, le taux de croissance moyen annuel était de 2,5%. Des prévalences élevées étaient confirmées dans les départements d'outremer, dans les régions Nord et Nord-Est de la métropole ainsi qu'en Seine-Saint-Denis. En 2012, la prévalence du diabète traité augmentait en fonction de l'indice territorial de désavantage social, chez les femmes comme chez les hommes. Les ratios de prévalence étaient un peu plus élevés parmi les femmes, en particulier dans les zones les plus défavorisées (Q5/Q1 : 1,7 chez les femmes et 1,3 chez les hommes). Conclusion : la prévalence du diabète traité pharmacologiquement continue d'augmenter. Il est essentiel de poursuivre les actions de prévention primaire visant à réduire ses principaux facteurs de risque modifiables (surpoids, obésité, sédentarité) et de mettre en oeuvre des politiques adaptées aux populations à risque, en particulier les populations les plus défavorisées. (R.A.)

Auteur : Mandereau Bruno L, Denis P, Fagot Campagna A, Fosse Edorh S
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2014, n°. 30-31, p. 493-9