Particules ultrafines et santé : apport des études épidémiologiques

Publié le 1 Octobre 2008
Mis à jour le 5 juillet 2019

Les particules ultrafines (PUF) sont des particules de diamètre inférieur à 0,1 um. Lorsqu'elles sont présentes en suspension dans l'air ambiant à la suite de leur émission lors de phénomènes de combustion ou de leur formation par réactions secondaires entre polluants, elles peuvent être inhalées et se déposer dans les voies respiratoires. Les études expérimentales montrent qu'elles sont alors susceptibles d'entraîner différents effets néfastes. Dans ce contexte, quelques études épidémiologiques se sont attachées à étudier les liens entre les niveaux d'exposition aux PUF et la santé. La revue de ces études permet, d'une part, d'identifier les difficultés méthodologiques auxquelles elles se heurtent, liées notamment à la rareté des mesures des niveaux de PUF dans l'air ambiant et aux limites de l'utilisation de ces mesures pour l'évaluation des niveaux d'exposition. Elle montre d'autre part que les résultats de ces études, bien que parfois hétérogènes, plaident globalement en faveur de l'existence d'effets à court terme des PUF présentes dans l'air ambiant sur la santé respiratoire et cardio-vasculaire. En outre, dans le contexte du développement des nanotechnologies, susceptibles de produire intentionnellement des PUF, cette revue souligne la nécessité de poursuivre les travaux épidémiologiques pour mieux caractériser les conséquences de l'exposition aux PUF en conditions réelles, en incluant les expositions chroniques et les effets sanitaires autres que cardio-vasculaires et respiratoires qui pourraient être liés aux PUF. (R.A.)

Auteur : Lefranc A, Larrieu S
Environnement risques & santé, 2008, vol. 7, n°. 5, p. 349-55