Evaluation de l'incidence du cancer de la thyroïde en Corse à partir des données hospitalières, de l'assurance maladie et des laboratoires d'anatomopathologie. Période 1998 - 2001

Publié le 1 Août 2007
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction. La côte orientale et les massifs montagneux de la Corse figurent parmi les endroits de France où les retombées de l'accident de Tchernobyl ont été les plus importantes. En octobre 2000, afin d'en évaluer les conséquences sanitaires, la Collectivité territoriale de Corse a chargé l'Observatoire régional de la santé de Corse (ORS) de la réalisation d'études. Début 2003, en raison de difficultés méthodologiques, l'Institut de veille sanitaire (InVS), et notamment la Cellule interrégionale d'épidémiologie Sud (Cire), a poursuivi les travaux en accord et en collaboration avec l'ORS. Compte tenu des connaissances scientifiques sur les effets sanitaires de l'accident de Tchernobyl dans les pays les plus exposés, il a été décidé de focaliser l'étude sur les cancers de la thyroïde. Dans un premier temps, il a semblé nécessaire de situer la Corse par rapport au reste de la France en estimant l'incidence des cancers de la thyroïde en Corse. Méthodes. L'étude concerne les patients de tous âges, résidant en Corse, et pour lesquels un cancer de la thyroïde primitif a été diagnostiqué entre 1998 et 2001, période pour laquelle les données de la base nationale du programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI) étaient disponibles au moment de l'élaboration du protocole. Les données ont été recueillies à partir de trois sources : 1) les dossiers médicaux des établissements de soins identifiés à partir de la base nationale du PMSI (séjours de patients résidant en Corse avec un cancer de la thyroïde en diagnostic principal ou associé et un acte de chirurgie de la thyroïde ou une iodothérapie) ; 2) les reconnaissances de cancer thyroïdien en affection de longue durée par les caisses locales d'assurance maladie ; 3) les informations médicales provenant des laboratoires d'anatomopathologie. Une base de cas incidents de cancer de la thyroïde a été constituée en croisant les informations issues de ces différentes sources de données. Une description des cas (âge, sexe, répartition géographique, histologie, taille de la tumeur...) a été réalisée. Les comparaisons des taux d'incidence avec les départements possédant un registre des cancers ont été réalisées à partir des taux d'incidence standardisés à la population mondiale. Résultats. En Corse, le taux annuel moyen d'incidence standardisé des cancers thyroïdiens est de 12,7/100 000 personnes-années chez les femmes, taux non significativement différent de ceux observés dans certains registres (Calvados, Isère, Marne-Ardennes et Tarn). Chez les hommes, ce taux est de 6,8/100 000 personnes-années, statistiquement supérieur à tous les taux des registres. Les cancers de la thyroïde concernent deux fois plus les femmes que les hommes ; (ratio de 3 dans les registres du réseau Francim). L'âge médian est de 46 ans chez les hommes et 48,5 ans chez les femmes. En 2000, dans les registres, il était de 52 ans chez l'homme et de 51 ans chez la femme. Treize cas (environ 10 % des cas recensés) concernent des individus qui étaient âgés de 0 à 14 ans au moment de l'accident de Tchernobyl. La proportion de tumeurs de taille inférieure à 1 cm (51 %) est statistiquement plus élevée que dans le registre Marne-Ardennes (environ 40 %). L'histologie est principalement de type papillaire (79 %). Les histologies autres que papillaires et vésiculaires sont statistiquement moins nombreuses que dans les registres du réseau Francim. Discussion. Cette étude, dont la mise en oeuvre préfigure le projet de surveillance nationale multisources des cancers, montre une incidence des cancers de la thyroïde élevée en Corse, particulièrement pour les hommes. La description des cas (âge, taille de la tumeur, types histologiques) plaide en faveur d'un rôle probable des pratiques de dépistage chez les patients domiciliés en Corse. Toutefois, ces résultats justifient la mise en place d'études étiologiques sur les facteurs de risque du cancer de la thyroïde, pour mieux expliciter la situation en Corse. Il est également nécessaire de poursuivre les travaux sur l'incidence des cancers de la thyroïde en Corse pour la période 2002-2005, afin de vérifier si ces premiers résultats se confirment.

Auteur : Lasalle JL
Année de publication : 2007
Pages : 55 p.