Syndrome des bâtiments malsains à la maison des sciences humaines (MSHS), Campus Saint-Jean d'Angely, Nice, 2010-10203

Publié le 1 Septembre 2014
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction : un syndrome collectif inexpliqué (SCI) est survenu parmi les personnels de la maison des sciences humaines (MSHS) de Nice. Méthodes : l'investigation a été menée en septembre 2013 selon les recommandations du guide " Diagnostic et prise en charge des SCI " de l'Institut de veille sanitaire. Un comité de suivi a été constitué. Un bilan des études environnementales et une expertise des cas infectieux, suspects d'être secondaires à des expositions aux pigeons, ont été effectués. Une investigation épidémiologique concernant les caractéristiques sociodémographiques et professionnelles et les symptômes présentés par le personnel a été réalisée en relation avec la médecine du travail de l'Université et du CNRS. Résultats : les cas infectieux n'étaient pas de l'ornithose-psittacose. Le bilan des expertises environnementales a montré un renouvellement d'air des locaux et une hygrométrie insuffisante. D'autres nuisances ont été relevées : dégâts des eaux visibles, reflux d'eaux usées, proximité des pigeons, odeurs de plastique. L'investigation épidémiologique a montré que trois quarts des 88 personnels répondant présentaient des signes " irritatifs " : mal de gorge, toux (50 %) ou/et des signes " toxiques " fatigue, céphalée (30 %). Un quart des personnels n'a signalé aucun symptôme. Discussion : ce SCI est un syndrome des bâtiments malsains (SBM). Le déficit en ventilation du bâtiment de la MSHS semble être un facteur prépondérant à traiter en priorité. L'activation du comité de suivi, les expertises réalisées, la communication mise en oeuvre et les travaux en cours, ont favorisé la levée de crise sanitaire. L'implication du personnel, les travaux et les améliorations prévus devraient permettre de résoudre ce SBM. (R.A.)

VIe Congrès International d'Épidémiologie, 10-12 septembre 2014

Auteur : Armengaud A, Tong C, Rebouillat C, Kermarec F, Malfait P
Revue d'épidémiologie et de santé publique, 2014, vol. 62, p. S207