Bilan de la surveillance des conséquences psychologiques et sanitaires de la tempête Xynthia dans le sud-ouest de la Vendée en 2010

Publié le 1 Septembre 2011
Mis à jour le 5 juillet 2019

Le dimanche 28 février 2010, la tempête Xynthia touchait la France, entraînant un phénomène de submersion marine sur les départements de la Vendée et de la Charente-Maritime. Suite à cette catastrophe, la Cellule interrégionale d'épidémiologie des Pays de la Loire a évalué l'adéquation du dispositif de prise en charge des patients après le passage de la tempête Xynthia sur la base : 1) d'une étude descriptive de l'activité des Cellules d'urgence médico-psychologique (CUMP) ; 2) d'un système de surveillance des consultations liées à la tempête dans un réseau de professionnels de santé du sud-Vendée entre juin et décembre 2010 ; 3) d'entretiens avec les acteurs du réseau menés au cours du mois de septembre 2010. Les CUMP sont restées actives deux mois et demi après la catastrophe. Elles ont fourni des soins à près de 900 personnes. La surveillance a enregistré 51 fiches ; 59 % des consultants avaient 65 ans ou plus, 90 % ont subi des dommages, dont la moitié jugés traumatisants (évacuation, perte d'un proche). Les trois quarts des consultants présentaient des manifestations anxieuses ou dépressives et 22 % présentaient au moins deux signes de stress posttraumatique. Les entretiens auprès des acteurs ont permis de confirmer une faible activité en rapport avec la tempête. Au total, passé l'intervention des CUMP, l'impact de la tempête sur le système de santé du Sud-Vendée a été modéré. Mais l'impact psychologique à long terme reste à évaluer par une étude épidémiologique en population. Cette étude a souligné le besoin d'outils de recueil épidémiologique adaptés au contexte de catastrophe. (R.A)

Auteur : Ollivier R, Loury P, Hubert B
Année de publication : 2011
Pages : 34 p.