Etude de séroprévalence de la chlamydiose aviaire chez certains professionnels avicoles en Bretagne et Pays de la Loire, 2001-2002.

Publié le 4 Juillet 2006
Mis à jour le 10 septembre 2019

La chlamydiose humaine d'origine aviaire (psittacose) due à Chlamydophila psittaci était classiquement attribuée aux oiseaux de compagnie et en particulier aux psittacidés. La survenue ces dix dernières années de plusieurs épidémies dans la filière avicole (notamment de dindes et de canards) et des hospitalisations pour formes graves obligent à considérer ce risque plus largement. En raison du rôle probable de l'exposition professionnelle et de la gravité potentielle de la maladie, la Mutualité sociale agricole, dans le cadre de son réseau de zoonosurveillance en agriculture, a réalisé une enquête de séroprévalence auprès des professionnels de la filière avicole ayant eu un arrêt de travail de 5 jours en 2000 grâce à ses services de médecine du travail et de contrôle médical en Bretagne et Pays-de-la-Loire, cette étude étant sous-tendue par plusieurs constats : - absence de système d'information organisé permettant d'apprécier la fréquence de la pathologie (en dehors des cas hospitalisés) ; - difficultés du diagnostic étiologique devant une symptomatologie non spécifique ; - sous-déclaration des maladies professionnelles (quelques cas par an) ; - absence d'évaluation de mesures de prévention individuelle ou collective.

Auteur : Abadia G, Capek I, Andre Fontaine G, Laurens E
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2006, n°. 27-28, p. 204-5