Surveillance sanitaire canicule en région Occitanie. Bilan du 24 juillet au 8 août 2018.

Publié le 21 Septembre 2018
Mis à jour le 20 juin 2019

Points clés

Une vague de chaleur déclenchant les niveaux de vigilance jaune et orange mentionnés dans le Plan national canicule (PNC) est survenue sur le territoire métropolitain entre le 24 juillet et le 8 août 2018. Cette vague de chaleur a concerné la région Occitanie dès le 24 juillet avec le passage en vigilance canicule de 3 départements. Entre le 29 juillet et le 7 août, 10 départements de la région ont connu des périodes d'alerte canicule dont 6 avec des dépassements effectifs des seuils d'alerte.Du 24 juillet au 11 août* en région Occitanie, on dénombre 460 passages aux urgences et 148 actes SOS Médecins pour pathologies en lien avec la chaleur (respectivement 0,6 % et 1,9 % de l'activité globale), une activité en hausse par rapport au reste de la période estivale. Cette augmentation est principalement observable durant les périodes d'alerte canicule (du 29 juillet au 7 août). Parmi les passages aux urgences pour pathologies en lien avec la chaleur, 54 % ont donné lieu à une hospitalisation (n=246). Si l'impact est plus important chez les plus de 75 ans, toutes les classes d'âges ont été concernées.Concernant la mortalité, en Occitanie sur les périodes de dépassement de seuil constaté dans les départements (Tableau1), l'excès de mortalité toutes causes est évalué à 198 [159:234] décès soit une surmortalité estimée de 24,8 % [19,0:30,6 %]. Le département des Pyrénées-Orientales est celui ayant connu la surmortalité la plus élevée au cours de cet épisode caniculaire mais également celui qui a connu la chaleur la plus intense. Toutefois, il n'est pas possible d'estimer le nombre de décès en excès directement liés à la chaleur. Les personnes âgées entre 65 et 74 ans ont été les plus touchées.Cette vague de chaleur a été importante par sa durée et par son étendue territoriale. Elle confirme que la chaleur extrême demeure un risque important pour la santé.

* Période allongée de 3 jours pour permettre l'estimation des impacts différés

Année de publication : 21/09/2018