Surveillance sanitaire en région Midi-Pyrénées. Point épidémiologique au 14 novembre 2013.

Publié le 15 Novembre 2013
Mis à jour le 30 juillet 2019

Fait marquant : Point de situation sur la poliomyélite en France, suite à la circulation de poliovirus sauvages en Israël et en Syrie, au 12/11/2013

En mai 2013, Israël signalait l'isolement d'une souche de poliovirus sauvage de type 1 (PVS1) dans des prélèvements d'eaux usées réalisés dans le Sud du pays et identique à celle ayant récemment circulé au Pakistan, et également retrouvée en décembre 2012 au Caire dans des prélèvements environnementaux. Cette souche a été isolée dans les selles de 42 personnes asymptomatiques parmi près d'un millier de personnes prélevées dans ces mêmes régions, toutes exclusivement vaccinées par du vaccin polio injectable (VPI). Le 17 octobre 2013, l'OMS a rapporté 22 cas groupés de paralysie flasque aigue survenus en Syrie depuis le mois d'août dans la province de Deir Al Zour. Au 11 novembre 2013, l'OMS confirmait qu'un PVS1 avait été isolé chez 13 de ces 22 cas. Les premiers résultats de séquençage génétique montrent qu'il s'agit d'une souche proche de celles ayant circulé récemment au Pakistan, en Egypte et en Israël.En France, le dernier cas de poliomyélite autochtone remonte à 1989 et le dernier cas importé en 1995, tous deux concernant des adultes. Une extrême vigilance reste toutefois nécessaire, en vérifiant et en mettant à jour le statut vaccinal de toute personne se rendant dans un pays où circulent des PVS. De plus, le risque d'une possible réintroduction de poliovirus en France n'est pas exclu, en raison de la persistance de foyers épidémiques dans le monde. Si la couverture vaccinale vis-à-vis de la poliomyélite est très élevée dans les tranches d'âge les plus jeunes (entre 99 % à 2 ans et 90 % à 15 ans), elle reste sub-optimale chez l'adulte (66 % en moyenne). Les résultats d'une enquête de séroprévalence réalisée en 1998 en population générale, avaient montré une proportion de sujets âgés séronégatifs proche de 20 %, plus marquée pour le sérotype 3. L'identification la plus précoce possible de la réintroduction éventuelle d'un PVS sur le territoire français est aujourd'hui assurée par la surveillance renforcée des entérovirus chez l'homme et dans l'environnement, en complément de la déclaration obligatoire des cas de poliomyélite.

Au total :

  • le risque de réintroduction sur le territoire français d'un poliovirus sauvage à partir d'un pays où ce type de virus circule n'est pas nul ;
  • tout voyageur, non à jour de sa vaccination polio et se rendant dans un pays où circulent des poliovirus sauvages, a un risque d'être infecté, même faible ;
  • il est donc nécessaire de vérifier et mettre à jour les vaccinations selon les recommandations du calendrier vaccinal vis-à-vis de la poliomyélite : - primovaccination (obligatoire) : 1 dose à l'âge de 2 et 4 mois, et un rappel à 11 mois; - rappels (obligatoires) : à 6 ans puis entre 11 et 13 ans ;- rappels chez l'adulte : à 25, 45 et 65 ans, puis tous les 10 ans à partir de 65 ans.