Surveillance sanitaire en région Poitou-Charentes. Point épidémiologique au 1er mars 2013.

Publié le 1 Mars 2013
Mis à jour le 30 juillet 2019

A la Une

Impact de l'épidémie de grippe sur les infections invasives bactériennes. Des coïnfections entre le virus grippal et certaines bactéries sont souvent obser-vées : une activité intense du virus grippal peut ainsi contribuer à augmenter le risque d'infections bactériennes invasives, notamment à point de départ respira-toire, dues au streptocoque A, pneumocoque, staphylocoque doré, et Haemophilus influenzae (ref). Les infections virales favorisent également la survenue d'infections invasives à méningocoque (IIM) post-grippales. En France, chaque année, il existe un pic d'incidence des IIM en saison hivernale, en général en février/mars. Le recueil en continu des données sur les infections in-vasives à méningocoque, à travers le dispositif de la déclaration obligatoire (DO) et celui des données de consultations pour syndromes grippaux du Réseau Unifié, permet d'illustrer l'association temporelle entre grippe et IIM (Figure).Du fait de l'intensité actuelle de la circulation des virus grippaux en France, il appa-rait donc utile de rappeler aux cliniciens l'importance de maintenir leur vigilance quant à la possibilité de survenue d'infections bactériennes sévères chez des per-sonnes présentant des syndromes grippaux ou au décours de ces derniers.