Une épidémie de syndromes des bâtiments malsains parmi le personnel de la mairie de Villejuif (2004-2005). Rapport d'investigation

Publié le 1 Août 2006
Mis à jour le 10 septembre 2019

De février à avril 2004, plusieurs épisodes collectifs de manifestations irritatives des muqueuses et de la peau sont survenus parmi le personnel de la mairie de Villejuif. Début 2005, le phénomène s'est reproduit et a conduit, comme en 2004, à une évacuation d'une partie des locaux. Dans ce contexte et à la demande de la mairie, des investigations épidémiologiques et environnementales ont été mises en place. Un cas a été défini comme tout personnel de la mairie rapportant au moins un symptôme irritatif durant la période d'étude (du 1er janvier 2004 au 17 mars 2005) et l'attribuant à son activité professionnelle. Un questionnaire standardisé a été administré en face à face aux cas ayant accepté de participer à l'étude. Les données concernant le sexe, l'âge, le service et le bâtiment de travail ont été recueillies pour l'ensemble du personnel. Une analyse descriptive des cas et une étude de cohorte rétrospective ont été réalisées ; les données ont été traitées sur le logiciel Epi-info version 3.3. Des entretiens ont été réalisés auprès des médecins et des pharmaciens du secteur afin de détecter l'existence éventuelle de cas dans la population générale. Des investigations métrologiques sur la qualité de l'air extérieur à proximité des bâtiments municipaux ont été réalisées ; des prélèvements de sols et d'eau souterraine effectués au niveau d'un chantier proche ont été analysés et les entreprises proches de la mairie ont été inspectées. Des mesures de composés organiques volatils, d'aldéhydes et de cétones ont été réalisées à l'intérieur des bâtiments municipaux. Soixante-dix personnes ont été interrogées. Le taux d'attaque était de 17 % en 2004 et de 30 % en 2005 ; les femmes étaient 1,7 fois plus touchées que les hommes. En 2004 comme en 2005, les symptômes ressentis étaient des signes d'irritation et de sécheresse des muqueuses, des signes cutanés et des signes généraux (fatigue, maux de tête...). Aucun phénomène similaire n'est survenu à la même période dans la population générale. Il n'a pas été mis en évidence de source ni de pollution extérieure inhabituelles.Les analyses de la qualité de l'air intérieur ont montré une ventilation insuffisante et des niveaux d'humidité faibles. Elles n'ont pas mis en évidence de concentrations anormales de polluants. Les événements ressentis par le personnel sont bénins, et en tous points similaires à ceux décrits dans la littérature scientifique sous le nom de syndrome des bâtiments malsains. Les facteurs habituellement associés à ce syndrome et qui ont é té retrouvés dans les locaux municipaux de Villejuif sont une ventilation insuffisante, une humidité faible et des conditions de travail difficiles, liées à l'accueil de personnes en difficultés et à un agencement des bureaux inadapté. (R.A.)

Auteur : Cochet A, Rousseau C, Laurent AM, Isnard H
Année de publication : 2006
Pages : 26 p.