Prévalence des infections associées aux soins en hospitalisation à domicile (HAD) de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris, France, 2007

Publié le 3 Février 2009
Mis à jour le 10 septembre 2019

Les structures d'hospitalisation à domicile (HAD) ont toujours été exclues des enquêtes nationales de prévalence des infections nosocomiales. Cependant, une nouvelle enquête de prévalence des infections associées aux soins (IAS) a été réalisée en HAD de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (APHP) en mai 2007. Ses objectifs étaient de disposer de données épidémiologiques afin d'évaluer l'efficacité des actions mises en place depuis 2000 et de proposer une méthodologie adaptée aux particularités de la prise en charge en HAD : intrication entre lieux de soins et de vie, dispersion géographique des unités de soins, prise en charge par des libéraux et absence fréquente d'examens complémentaires. L'étude a inclus 613 patients (99,8 % des patients éligibles). La prévalence des patients infectés et celle des IAS étaient de 5,2 %, celle des IAS acquises en HAD de 2,6 %. Les IAS acquises étaient urinaires, respiratoires et cutanées (respectivement 9, 5 et 2). Les entérobactéries communautaires étaient les micro-organismes prédominants. Aucune multirésistance n'a été retrouvée ; 16 % des patients recevaient une antibiothérapie, dans un tiers des cas pour IAS. S'il est difficile de conclure à une diminution significative des IAS acquises en HAD de l'APHP entre 2000 et 2007, il existe une réelle possibilité d'adapter la méthodologie de la prochaine enquête nationale de prévalence, afin que les structures d'HAD puissent y participer. (R.A.)

Auteur : Ittah Desmeulles H, Migueres B, Silvera B, Denic L, Brodin M
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2009, n°. 5, p. 44-8