Données météorologiques et enquêtes sur la mortalité dans 13 grandes villes françaises. Impact sanitaire de la vague de chaleur d'août 2003 : premiers résultats et travaux à mener

Publié le 25 Novembre 2003
Mis à jour le 10 septembre 2019

Durant l'été 2003, la France a connu une vague de chaleur sans précédent. Cette vague de chaleur a eu un effet plus important dans les grandes agglomérations, du fait d'un îlot de chaleur urbain. Les données météorologiques de treize grandes villes représentatives de l'ensemble des climats métropolitains (Bordeaux, Dijon, Grenoble, Le Mans, Lille, Lyon, Marseille, Nice, Paris, Poitiers, Rennes, Strasbourg et Toulouse) ont été fournies par Météo-France. Deux études sur la mortalité ont été menées, d'une part à partir des décès enregistrés par l'état civil, et d'autre part à partir des données de mortalité hospitalière. une première analyse montre de fortes disparités entre les villes. Paris, Lyon, Dijon, Le Mans ont eu un pic très net de surmortalité pendant la canicule. Lille, ou Rennes ont été plus préservées. Ces observations devront être complétées par une analyse approfondie de la corrélation avec les données météorologiques et climatiques sur une période plus longue.

Auteur : Vandentorren S, Suzan F, Pascal M, Maulpoix A, Medina S
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2003, n°. 45-46, p. 219-20