COVID-19 : point épidémiologique en Hauts-de-France du 13 août 2020

Publié le 14 Août 2020
Mis à jour le 14 aout 2020

Points clés

Points clés dans les Hauts-de-France

Le nombre de nouveaux cas confirmés d’infection à SARS-CoV2 et les taux d’incidence hebdomadaire poursuivaient leurs augmentations, avec 904 nouveaux cas dépistés en semaine 32 (TI de 15,2/105) versus 809 (TI de 13,6/105) la semaine précédente pour un taux de dépistage comparable.
En semaine 32, les taux d’incidence les plus élevés étaient observés chez les 15-45 ans (22,0/105) et chez les plus de 75 ans (14,1/105). Le taux de positivité, en légère augmentation par rapport à la semaine précédente, atteignait le seuil d’attention de 2 %. Parmi les 12 clusters en cours d’investigation/gestion dans la région, la majorité se situe dans le département du Nord (10).

Le département de l’Oise a été classé en niveau de vulnérabilité modéré le 11 août 2020, rejoignant, au niveau régional, le département du Nord, classé en niveau de vulnérabilité modéré depuis le 24 juillet

En semaine 32, sur les départements du Pas-de-Calais, de l’Aisne et de la Somme (classés en vulnérabilité limitée), la caractérisation de la situation épidémiologique restait en faveur d’une circulation virale communautaire maîtrisée avec des taux de positivité inférieurs à 2 % et des taux d’incidence inférieurs à 10 cas / 100 000 habitants. Le département du Nord était maintenu en niveau de vulnérabilité modérée au vu de l’évolution des indicateurs qui confirmait une circulation active du virus en particulier sur la métropole lilloise.

Focus sur le département de l’Oise

Dans l’Oise, le taux d’incidence a rapidement augmenté en semaine 32 avec 11,3 cas pour 100 000 hab vs 7,9 en semaine 31. Cette augmentation d’incidence accompagnée d’une augmentation du taux de positivité (2,1% en S32 vs 1,5% en S31), alors que le taux de dépistage restait relativement stable et qu’il n’était pas possible d’associer les nouveaux cas à des clusters identifiés, reflétait une accélération de la circulation du virus dans la communauté justifiant le classement du département en niveau de vulnérabilité modéré. En semaine 32, dans l’Oise, le taux d’incidence le plus élevé était observé chez les 15-44 ans (19,1/105 ) et plus particulièrement chez les 20-30 ans (32,2/105).