COVID-19 : point épidémiologique en Guyane du 12 aout 2021

Publié le 13 Août 2021
Mis à jour le 13 aout 2021

Points clés

La semaine dernière l’incidence a continué d’augmenter : elle s’élève à 260 cas pour 100 000 habitants contre 211 pour 100 000 la semaine précédente (+23%). Parallèlement le variant Delta poursuit sa diffusion sur le territoire : il est désormais majoritaire et représente plus de 60% des PCR criblées. L’Ile de Cayenne et les communes de Macouria et Kourou sont les plus concernées par la hausse et la diffusion du Delta. Dans l’Ouest, la baisse des cas se poursuit mais n’est probablement que temporaire. Une hausse est à craindre dans les semaines qui viennent. De plus, depuis lundi, 518 cas ont déjà été confirmés soit 70% des cas de la semaine dernière alors que la semaine n’est pas terminée et les données très incomplètes. Ceci indique que la hausse se poursuit cette semaine à un rythme soutenu. Rappelons qu’en Guadeloupe, l’incidence a augmenté de 75 à 1900 cas pour 100 000 habitants en 4 semaines. Une telle hausse n’avait jamais été observée. Cela ne signifie pas qu’une telle progression sera forcément observée en Guyane mais invite à la plus grande prudence. 

Les nouvelles hospitalisations étaient stables mais cette tendance masque des disparités. La baisse concerne principalement le CHOG. Au CHC, le nombre d’entrées en réanimation reste soutenu et proche de celui observé au plus fort de la 3ème vague. De plus, compte tenu de la forte progression des contaminations, une hausse est attendue dans les semaines qui viennent. 

Alors que cette 4ème vague démarre fortement, la vaccination progresse lentement sur le territoire. Une personne sur 5 a reçu un schéma complet. Comme en témoigne le bilan de la 3ème vague présenté en page 2 de ce numéro, dans un contexte de faible couverture vaccinale, une vague impactant plus fortement le territoire est toujours possible malgré un an et demi de circulation du virus. 

Face à la recrudescence des cas et alors que le territoire n’est pas protégé par la vaccination, le maintien des gestes barrières, le dépistage au moindre doute et le contact tracing doivent être maintenus à un niveau élevé. Les plus fragiles sont aussi protégés par l’action responsable de ceux qui les entourent.