Situation épidémiologique des arboviroses dans les Antilles. Point au 19 octobre 2016.

Publié le 21 Octobre 2016
Mis à jour le 15 juillet 2019

Analyse de la situation épidémiologique

Conclusions pour la Martinique

Durant les dix dernières semaines, l'ensemble des indicateurs épidémiologiques de la dengue et du chikungunya sont stables et restent en-deçà des valeurs maximales attendues pour la saison. Aucun foyer de dengue ou de chikungunya n'a été identifié sur cette période.

Le CEMIE s'est réuni le 10 octobre pour évaluer la situation épidémiologique de la dengue et a proposé le passage en phase 1, ce changement de phase a été acté en Cellule de gestion le 13 octobre. La situation épidémiologique de la dengue en Martinique correspond désormais à la Phase 1 du PSAGE dengue : cas sporadiques.

Conclusions pour la Guadeloupe

Depuis le 1er janvier 2016, la situation épidémiologique des arboviroses (dengue et chikungunya) est restée calme en Guadeloupe. Les cas évocateurs de dengue enregistrés à la fois au niveau de la médecine de ville et des structures hospitalières restent sporadiques. Aucun regroupement spatial de cas de dengue ou de chikungunya n'a été identifié ces dernières semaines dans l'archipel. Néanmoins, plusieurs cas autochtones ont été confirmés biologiquement depuis le 1er janvier et témoignent ainsi d'une circulation à bas bruit de ces virus sur l'archipel.

La situation épidémiologique correspond à la Phase 1 du PSAGE pour ces deux arboviroses en Guadeloupe : transmission sporadique.

Conclusions pour Saint Barthélemy

A Saint-Barthélemy, le nombre d'infections par le virus de la dengue est inférieur aux valeurs maximales attendues pour la saison ces dernières semaines. Depuis la fin de l'épidémie de 2015-2016, quelques cas sont néanmoins confirmés de manière sporadique sur l'île. Par ailleurs, plusieurs cas sporadiques d'infection au Chikungunya ont été confirmés biologiquement au cours des dernières semaines. La situation épidémiologique correspond à la Phase 1 du PSAGE pour ces deux arboviroses à Saint-Barthélemy : transmission sporadique.

Conclusions pour Saint Martin

Le niveau des indicateurs pour la dengue reste inférieur aux valeurs maximales attendues pour la saison. Les infections confirmées biologiquement par les virus de la dengue et du chikungunya restent sporadiques à Saint-Martin. La situation épidémiologique correspond à la Phase 1 du PSAGE pour ces deux arboviroses à Saint-Martin: transmission sporadique.