Prise en charge thérapeutique de l'insuffisance coronaire aiguë inaugurale dans trois régions françaises en 2006.

Publié le 8 Novembre 2011
Mis à jour le 9 septembre 2019

Introduction - L'objectif était de comparer la prise en charge thérapeutique de patients ayant présenté une insuffisance coronaire aiguë inaugurale (ICA) entre les trois registres français. Matériel et méthodes - Durant l'année 2006, l'ensemble des ICA inauguraux de patients âgés de 35-74 ans ont été enregistrés (n=1 908). Les données recueillies concernaient les caractéristiques cliniques, enzymatiques et électrocardiographiques (ECG), l'ensemble de la prise en charge (traitements, procédures invasives, indicateurs de sévérité) et le statut vital. Résultats - Chez les ICA avec élévation du segment ST à l'ECG, la revascularisation en urgence était plus souvent pratiquée à Strasbourg (70 %) et à Toulouse (71 %) qu'à Lille (61 %). La fibrinolyse était rarement utilisée à Strasbourg (2 %) mais l'était dans 26 % des cas à Lille et Toulouse. Concernant les traitements recommandés (antiagrégant plaquettaire, bêtabloquant, inhibiteur de l'enzyme de conversion, statine), les prescriptions étaient similaires dans les trois régions à la fin de l'hospitalisation et sur l'ordonnance de sortie. La réadaptation fonctionnelle était respectivement 1,5 et 3 fois moins prescrite à Toulouse et Lille qu'à Strasbourg. Chez les ICA sans élévation du segment ST, des différences entre registres étaient également observées. Dans l'ensemble des ICA, les femmes et les malades les plus âgés bénéficient moins souvent d'une revascularisation et la prescription de médicaments est moins optimale. Conclusion - Il existe des différences dans la prise en charge thérapeutique fondamentale de l'ICA, qui semblent relever en partie de pratiques régionales. (R.A)

Auteur : Ruidavets JB, Montaye M, Bingham A, Wagner A, Dallongeville J, Ducimetiere P, Arveiler D, Ferrieres J
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2011, n°. 40-41, p. 426-31