Gestion d'une épidémie de colonisation digestive à entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) au Centre hospitalier universitaire de Nancy, France. Numéro thématique. Contrôle des entérocoques résistants aux glycopeptides

Publié le 4 Novembre 2008
Mis à jour le 5 juillet 2019

Le Centre hospitalier universitaire de Nancy a été confronté à une épidémie de colonisation digestive à ERG (entérocoques résistants aux glycopeptides). En 2005, une première bouffée épidémique a été contenue par un renforcement de l'hygiène des mains, un accompagnement des équipes confrontées à l'épidémie par l'équipe opérationnelle d'hygiène, la réalisation d'audits de pratique et des rappels sur l'absolue nécessité d'appliquer des précautions particulières de type " contact " face à tout patient ERG+ et face à tout patient " contact ", puis par la réalisation d'un regroupement des patients ERG+. Après un an d'accalmie, l'épidémie a repris fin 2006, mais cette fois, seule la promotion exclusive de la désinfection des mains par friction avec des produits hydro-alcooliques associée à la mise en place de secteurs de cohorting dédiés à la prise en charge des patients ERG+ (regroupement des patients dans une unité ne prenant en charge que des patients ERG+ avec un personnel soignant ne s'occupant que de ces seuls patients) a permis de maîtriser le phénomène. Reste aujourd'hui à l'établissement à gérer une importante file active de patient ERG+ ou anciennement ERG+, ce qui nécessite de maintenir un secteur de cohorting en activité. (R.A.)

Auteur : Rabaud C, Frentiu E, Henard S, Aissa N, Diguio N, Hautemaniere A, Lavigne T, Lozniewski A, May T
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2008, n°. 41-42, p. 394-7