Pollution des eaux souterraines à l'aval du site industriel Solvay à Tavaux (39). Etude de l'exposition de la population résidant dans le périmètre de restriction d'usage. Septembre 2008

Publié le 1 Janvier 2014
Mis à jour le 5 juillet 2019

Dans les années 1980, la migration dans les sols de déchets chimiques sur le site de l'usine Solvay de Tavaux (Jura) a contaminé durablement la nappe phréatique. La pollution, surveillée par un réseau piézométrique, s'étend sur quatre communes habitées au droit de la pollution. Une enquête transversale a été réalisée par l'Observatoire régional de santé (ORS) de Franche-Comté durant l'été 2007 pour le compte de la Cellule de l'Institut de veille sanitaire (InVS) en région (Cire) Bourgogne Franche-Comté. Les habitants des 5 communes ont été contactés par téléphone ou par courrier afin de connaitre les caractéristiques des ménages et des puits, les usages de l'eau des puits et les éventuelles expositions professionnelles aux produits chimiques retrouvés dans la pollution. Sur les 528 ménages enquêtés, 189 (soit 36 %) disposaient d'un puits privé. L'usage le plus fréquent était l'arrosage d'un jardin potager, suivi du lavage de véhicules, du remplissage d'une piscine et du raccordement aux sanitaires. L'usage le moins répandu était la consommation de l'eau en tant qu'eau de boisson. L'utilisation de l'eau des puits pour les différents usages était donc répandue parmi les riverains des 4 communes. Malgré la restriction d'usage de l'eau, les habitudes sont restées. Ces résultats rappellent qu'une décision administrative met en évidence une volonté des pouvoirs publics, qu'une phase de communication et de sensibilisation souvent délicate doit suivre pour qu'au final, l'action publique puisse se traduire par une adaptation des comportements des personnes soumises au risque.(R.A.)

Auteur : Paget Bailly S, Roy E, Clinard F
Année de publication : 2014
Pages : 43 p.