Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 29 mars 2018.

Publié le 3 Avril 2018
Mis à jour le 20 juin 2019

A la Une - L'épidémie de grippe en phase terminale

En France métropolitaine, l'épidémie a démarré en Ile-de-France, en semaine 49/2017 (du 4 au 10/12/2017) pour toucher la Bourgogne-Franche-Comté en semaine 50, puis s'étendre à toutes les régions en semaine 51. Elle n'est pas terminée au moment où nous publions, mais la baisse des indicateurs d'activité grippale, le passage en phase post-épidémique de trois régions, la fin de l'épidémie en Provence-Alpes Côte d'Azur [1], indiquent que la fin de l'épidémie est imminente.Le début d'épidémie était en tous points comparable à celui de la précédente saison 2016-2017, mais l'épidémie actuelle a été exceptionnellement longue, puisque nous sommes actuellement (semaine 13, du 26/03 au 01/04/2018) dans la 17ème semaine d'épidémie. Pour comparaison, l'épidémie tardive de la saison grippale 2015-2016 à dominante B/Victoria a duré 12 semaines et celle de 2016-2017 à dominante H3N2 10 semaines. Cette durée exceptionnelle s'explique par l'émergence d'une circulation dominante de souches B/Yamagata à partir de février, après une phase initiale de circulation de souches A(H1N1) : en médecine ambulatoire durant le dernier trimestre 2017, les souches majoritaires A(H1N1)pdm09, B/Yamagata, A(H3N2) représentaient respectivement 57%, 15%, et 10% des 329 prélèvements positifs pour la grippe , durant la période récente de février-mars, ces mêmes souches ont représenté respectivement 30%, 65% et 8% des 631 derniers prélèvements positifs. En Bourgogne Franche-Comté, les analyses du laboratoire de virologie (cf. figure 7) confirment que des souches A et B co-circulaient dès le début de l'épidémie.Les résultats préliminaires du Réseau Sentinelles, disponibles en semaine 12, indiquent une efficacité vaccinale de 55% [95% IC: 31-71] chez les personnes de 65 ans et plus contre tous les virus grippaux : elle est estimée à 74% [95% IC: 46-87] contre le virus A(H1N1)pdm09 et à 58% [95% IC: 29-75] contre les virus de type B/Yamagata. L'étude FLUVAC, qui permet de mesurer l'efficacité du vaccin à éviter une forme sévère de grippe conduisant à une hospitalisation chez les adultes, indique à ce stade une efficacité vaccinale de 11% [95% IC: -19-45] chez les adultes contre l'hospitalisation pour grippe quel que soit le virus : elle est estimée à 31% [95% IC: -13-58] contre les virus de type A et à 6% [95% IC: -55-43] contre les virus de type B.Un excès de mortalité toutes causes et tous âges confondus a été observé au niveau national, avec deux pics distincts en semaine 01 (du 1er au 7 janvier 2018) et en semaine 10 (du 5 au 11 mars). Les données de mortalité toutes causes ne sont pas encore consolidées après la semaine 09-2018, mais l'excès de mortalité depuis le début de l'épidémie est provisoirement estimé à 8%, soit environ 12 600 décès sur la période du 4 décembre 2017 au 4 mars 2018. Santé publique France estime que 73% de cet excès est attribuable à la grippe, soit environ 9 200 décès tous âges confondus. Ces décès concernent pour 90% d'entre eux des personnes de 65 ans et plus. A ce stade de l'épidémie, ces premières estimations sont en faveur d'un excès de mortalité inférieur à celui observé lors de la saison précédente (au terme de l'épidémie 2016-2017, l'excès de mortalité toutes causes avait été estimé à 21 200 décès, dont 67% étaient attribuables à la grippe). En Bourgogne-Franche-Comté, le même phénomène est observé, avec un pic plus faible en janvier.

Année de publication : 03/04/2018