Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 12 octobre 2017.

Publié le 13 Octobre 2017
Mis à jour le 20 juin 2019

A la Une - Bilan de l'épidémie de grippe 2016-2017 en métropole

Le bilan de la surveillance de l'épidémie grippale 2016-2017 en métropole vient d'être publié sur le site de Santé publique France. Cette épidémie a été précoce comparé aux six saisons précédentes (depuis 2010-2011) : elle a débuté mi-décembre (S49/2016) pour atteindre son pic mi-janvier (S03/2017) et se terminer début février (S06/2017), soit une durée totale de 10 semaines (Figure).Due quasi-exclusivement au virus grippal de type A(H3N2) comme observé en Europe, l'épidémie a été d'intensité modérée en milieu ambulatoire (1,9 million de personnes ayant consulté pour syndrome grippal d'après les données du Réseau Sentinelles vs 2,9 millions en 2014-2015) mais a été particulièrement sévère chez les personnes âgées. Elle a été caractérisée par une part importante d'hospitalisations parmi les passages aux urgences pour syndrome grippal (16 % des 40 000 passages) et par une proportion importante des 65 ans et plus parmi les patients hospitalisés (69 %). Cette tranche d'âge a représenté 67 % des 1 479 cas de grippe admis en réanimation. Près de 2 000 épisodes d'IRA sont survenus en collectivités de personnes âgées (dont 86 % ont débuté pendant l'épidémie). Ce nombre d'épisodes – et notamment de ceux attribués à la grippe – était largement supérieur à celui constaté lors des quatre dernières saisons grippales. Cette épidémie a également été marquée par un excès de mortalité estimé à 14 400 décès attribuables à la grippe, dont plus de 90 % chez les personnes de 75 ans et plus.La couverture vaccinale de la population à risque en France métropolitaine reste très insuffisante et a diminué depuis la saison 2009-2010, où elle était de 60 %. Cette année, moins d'une personne à risque sur deux était vaccinée (46% pour l'ensemble des sujets ciblés par la vaccination et 50 % chez les personnes de 65 ans et plus selon l'Assurance maladie). Même si l'efficacité du vaccin antigrippal est le plus souvent modérée, voire faible, chez le sujet âgé, notamment contre le virus A(H3N2), l'impact positif de la vaccination contre la grippe saisonnière sur la mortalité des personnes âgées peut être conséquent (comme le montre l'analyse des données françaises sur la période 2000-2009 qui avait estimé à plus de 2 000 le nombre moyen de décès évités chaque année par la vaccination et à 35% l'efficacité vaccinale moyenne dans cette tranche d'âge).

Année de publication : 13/10/2017