Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 7 janvier 2016.

Publié le 8 Janvier 2016
Mis à jour le 12 mai 2019

A la Une

Zoonoses, agents zoonotiques et épidémies d'origine alimentaire en 2014L'European Food Safety Authority (EFSA) et l'European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) ont présenté les résultats de la surveillance des zoonoses et des épidémies d'origine alimentaire en 2014 dans 32 pays européens.La campylobactériose est la zoonose la plus rapportée, avec 236 851 cas humains confirmés dans l'Union européenne en 2014, et en augmentation significative depuis 2008. La viande de poulet est la principale source de campylobactériose humaine (38,4 % des échantillons). La tendance européenne à la décroissance des cas de salmonellose humaine depuis 2008 continue (88 715 cas). Plus de cas humains à Salmonella enteritidis ont été rapportés par rapport à 2013, et, bien qu'en diminution, le nombre de cas à Salmonella Stanley demeure élevé par rapport à 2011-2012. La plupart des pays membres de l'Union européenne ont atteint leurs objectifs de réduction de Salmonella chez les volailles, mais le nombre d'isolats de Salmonella infantis a crû au niveau européen. Dans les denrées alimentaires, le non-respect des niveaux européens de Salmonella dans la viande de volaille était respectivement rare et bas.La tendance à la baisse des cas confirmés de Yersinia depuis 2008 a continué (troisième zoonose la plus fréquente avec 6 625 cas). Les recherches positives de Yersinia étaient principalement rapportées dans les viandes de porc et les produits dérivés. Le nombre de cas de listériose humaine continue à croître depuis 2008 (2 161 cas). Dans les plats cuisinés, Listeria a rarement excédé les valeurs limites de sécurité alimentaire européennes. Le nombre d'infections à Escherichia coli vérocytotoxinogène (VTEC) chez l'Homme a légèrement décru comparé à 2013 (5 955cas). Les VTEC ont été rapportés dans la nourriture et chez l'animal.Un total de 5 251 épidémies d'origine alimentaire, incluant les épidémies d'origine hydrique, a été rapporté. La plupart des épidémies d'origine alimentaire était causée par des virus (20,4 %), suivis par Salmonella (20 %), les toxines bactériennes (16,1 %) et Campylobacter (8,5 %) , l'agent est inconnu dans 29,2 % des épidémies. Les principaux aliments en cause hors épidémies d'origine hydrique étaient les oeufs et ovoproduits, suivi par les aliments mélangés, puis les crustacés, coquillages, mollusques et les produits dérivés. Le rapport résume les tendances et les sources dans la chaîne alimentaire pour les pathologies transmises par Mycobactérium bovis (145 cas), Brucella (347 cas), Trichinella (319 cas), Echinococcus (801 cas), virus de la rage (3 cas), Coxiella burneti (777 cas de fièvre Q), virus du West Nile (77 cas) et Francisella tularensis (480 cas).

Année de publication : 08/01/2016