Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 6 août 2015.

Publié le 11 Août 2015
Mis à jour le 12 mai 2019

A la Une

Cas groupés de tularémie en relation avec un évènement sportifDeux cas de tularémie ont été déclarés récemment en juin et juillet 2015 dans 2 régions différentes (Pays de Loire et Centre-Val de Loire). Ils avaient pour seul point commun d'avoir participé à une même course sportive de type "raid" en forêt, organisée le 25 et 26 avril à Saint Roch en Indre et Loire. La course impliquait 140 participants. Elle associait des épreuves d'orientation et de VTT dans les bois, dans des zones non aménagées, et un bivouac. Les 2 patients ont présenté des débuts des signes le 1er et le 4 mai, respectivement. Tous deux présentaient une forme ulcéroganglionnaire de tularémie, avec des lésions des membres inférieurs suggérant une inoculation lors du raid. Aucune autre exposition à risque n'était rapportée pour ces deux patients.La tularémie est une maladie rare en France (environ 40 cas par an). L'homme peut s'infecter à la suite d'un contact direct de la peau avec des animaux infectés, des produits d'origine animale contaminés ou indirectement via le contact avec des végétaux (en particulier des fourrages), de l'eau ou de la terre souillés par des excréments ou des cadavres d'animaux, l'ingestion d'aliments ou d'eau contaminés, la piqûre d'une tique infectée ou encore par inhalation de la bactérie.La survenue d'un cluster de cette maladie rare, qui plus est, dans un contexte sportif, constitue un évènement de santé particulièrement inhabituel. Néanmoins, on pourrait le rapprocher d'épisodes de cas groupés de syndromes digestifs infectieux survenus récemment en lien avec une course à pied en région PACA, en Aquitaine, en Franche-Comté en 2013 (trail d'Ornans) et en Normandie en 2006 lors d'une course de char à voile.Ce type de manifestation sportives (raid, "mud day", "crazy race", etc.) porté par des valeurs de sportivité et de proximité avec la nature semble de plus en plus fréquent. Les questions d'une évaluation des risques infectieux liés à ce type de pratiques sportives, et de l'information éventuelle des participants avant leur inscription, sont donc à considérer.

Année de publication : 11/08/2015