Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 9 janvier 2014.

Publié le 10 Janvier 2014
Mis à jour le 30 juillet 2019

A la Une - Les infections invasives à méningocoque en France en 2012

En 2012, 559 infections invasives à méningocoque (IIM) ont été notifiées dont 547 en France métropolitaine. Le taux estimé d'incidence après correction pour la sous-notification était de 0,94/100 000 habitants, comparable à celui de 2011. Le taux d'incidence était plus élevé chez les nourrissons de moins de 1 an (9,02/100 000) et chez les 15-24 ans (1,87/100 000). Comme la majorité des années précédentes, le pic saisonnier de l'incidence a été observé en mars (74 cas), l'incidence étant la plus faible au mois d'août (26 cas). Le sérogroupe déterminé pour 539 cas (96 %) était majoritairement du B (68 %), suivi du C (18 %), W (7 %), Y (6 %) et des sérogroupes plus rares (1 %). Les taux d'incidence estimés étaient respectivement de 0,60, 0,16, 0,06 et 0,05 pour 100 000 habitants.Un purpura fulminans a été rapporté pour 22 % des patients. La létalité était la plus élevée (8 %) chez les personnes de plus de 50 ans et plus importante pour les cas d'IIM C que pour les cas d'IIM B. Douze grappes de cas ont été signalées : 7 grappes d'IIM B, 4 grappes d'IIM C (dont une grappe de 2 cas en Saône-et-Loire qui a fait l'objet d'une campagne d'une sensibilisation à la vaccination par l'ARS) et une grappe d'IIM W. Après une diminution significative du taux de notification des IIM C entre 2002 et 2010 (de 0,41 à 0,13 pour 100 000 habitants) et une poursuite de cette tendance entre 2010 et 2012 pour les groupes d'âge ciblés par la vaccination et notamment les 1-14 ans, une augmentation de cette incidence a été observée en 2012 dans les groupes d'âge non ciblés par la vaccination (moins de 1 an et plus de 25 ans). D'après les données issues de l'EGB (échantillon généraliste de bénéficiaires) fin 2013, la couverture vaccinale contre le méningocoque C dans les groupes d'âge ciblés par les recommandations du calendrier vaccinal était de 50 % chez les 1-4 ans, et diminuait ensuite dans les autres groupes d'âge (30 % chez les 5-9 ans, 22 % chez les 10-14 ans, 13 % chez les 15-19 ans, 3 % chez les 20-24 ans). Cette couverture vaccinale apparait insuffisante pour permettre l'installation d'une immunité de groupe.