Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 11 septembre 2014.

Publié le 15 Septembre 2014
Mis à jour le 30 juillet 2019

A la Une - Les accidents chez les élèves de grande section de maternelle en France métropolitaine en 2005-2006

Un rapport publié par l'Institut de Veille Sanitaire (InVS) le 3 septembre dernier décrit les accidents survenus chez les enfants de grande section de maternelle (GSM), majoritairement âgés de 6 ans, à partir de l'enquête en milieu scolaire réalisée en 2005-2006. Cette enquête fait partie des enquêtes scolaires réalisées par les ministères chargés de l'Éducation nationale, de la Santé, et l'InVS dans le but de disposer d'informations régulières sur l'état de santé des enfants au niveau national. Des taux d'incidence d'accidents ont été calculés, les circonstances de survenue d'accident et leurs conséquences ont été décrites et des facteurs de risque ont été établis. Parmi les 22 000 enfants interrogés, 4 % ont été accidentés au cours des trois derniers mois : 4,3 % des garçons et 2,8 % des filles. La plupart de ces accidents, 96 %, étaient des accidents de la vie courante (AcVC), 4 % étaient des accidents de la circulation. Les AcVC sont survenus d'abord à domicile (38 %), il s'agissait surtout de chutes (68 %), la tête était touchée dans 58 % des cas, les lésions étaient majoritairement des plaies (52 %) et des fractures (23 %). Les deux-tiers des accidentés ont eu recours aux urgences ; moins de la moitié ont été limités dans leurs activités après l'accident, 5 % ont été hospitalisés. Les enfants les plus souvent accidentés étaient ceux de familles nombreuses (3 enfants et plus), jouant souvent à l'extérieur, regardant moins la télévision (moins de 3 heures par jour, les jours sans école), de sexe masculin, ou dont la mère n'était pas ouvrière. Cette étude souligne l'importance de la surveillance dans le cadre domestique (où surviennent la plupart des accidents de la vie courante), et le fait que ces accidents sont plus fréquents dans les familles nombreuses. Il importe que ces notions soient intégrées dans les messages de prévention, à cet âge charnière où les enfants apprennent à lire, écrire, compter, et deviennent certes ainsi plus autonomes, mais où ils sont encore totalement dépendants de la surveillance rapprochée que les adultes doivent exercer.En complément des enquêtes précédentes, réalisées auprès d'élèves de CM2 et de troisième, ces résultats permettent de mieux connaître les conditions et les spécificités des accidents survenus dans cette tranche d'âge. Des évolutions pourront être mesurées avec l'enquête 2012-2013 qui s'est déroulée également en grande section de maternelle.